EST UN FORUM DE DIALOGUE ISLAMO-CHRETIEN POUR LA FRATERNITE ET LA PAIX ENTRE LES DEUX COMMUNAUTES DE FOI SANS CONCESSIONS DOCTRINALES. (Lire Déclaration du Fondateur impérativement)
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion    
Soyez les bienvenues dans notre Forum














Partagez | 
 

 Pourquoi 4 Evangiles?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
AuteurMessage
elwaraini
Membre


Religion : Islam
Sexe : Masculin Messages : 16

MessageSujet: Pourquoi 4 Evangiles?   Sam 28 Avr - 20:46

Rappel du premier message :

salam alaikoum mes chers Amis Chretiens

Le Nouveau Testament débute par les quatre évangiles (Matthieu, Marc, Luc et Jean).
Ces quatre évangiles sont la première et principale source d'informations sur la vie et le ministère de JESUS.
-pourquoi avoir quatre évangiles et pas un seul livre ?
-Pourquoi la bible ne retient pas tout les évangiles écrit par tous les apôtres ?
-pourquoi n'en garde t-elle que quelques uns ?
où puis je lire les autres évangiles ecrits par les autres apôtres ?
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Catholique
Membre
avatar

Religion : Catholicisme
Sexe : Féminin Messages : 217

MessageSujet: L'évangile selon Saint Luc   Sam 1 Avr - 8:56

SAINT LUC

Comme l’évangéliste Saint Marc, Luc est attesté dans le Nouveau Testament :
• Col. 4, 14
• Philémon 24
• 2 Tim 4,11

C’est un païen originaire d’Antioche de Syrie. Il connaît parfaitement les usages israëlites, ce qui prouve qu’il devait être converti au judaïsme avant de devenir chrétien. Il était médecin et ceci est établi à la fois par Saint Paul qui l’appelle son « cher médecin » mais aussi par son vocabulaire emprunté à Galien  et ses indications cliniques disséminées dans son évangile (Luc 4, 38) et les Actes (13, 11).

C’est probablement à Antioche que Saint Luc rencontre Saint Paul et qu’il entre à son service pour l’accompagner dans ses voyages missionnaires. Le point de départ de la mission est Troas, puis Philippes en Macédoine puis le voyage retour en direction de Jérusalem par Milet, Tyr et Césarée. Quand Saint Paul est arrêté, Luc le suit dans sa captivité à Césarée puis à Rome, pour sa comparution devant l’Empereur. La fidélité de Luc était à toute épreuve (2 Tim 4, 11) : il ne quitta pas l’Apôtre durant sa captivité romaine.

Après le martyre de Paul, il a continué son activité missionnaire en Achaïe (Grèce actuelle). Il mourut martyr vers la fin du 1er siècle.
Son évangile lui est explicitement attribué et cité tel quel dès les Pères apostoliques. Saint Luc, par ses voyages, a eu l’occasion de rencontrer de nombreux Apôtres : Pierre et Jean mais aussi Jacques, frère du Seigneur. Mais aussi la Vierge Marie et une foule de témoins des évènements, qui n’ont pas exercé la même responsabilité dans l’Eglise naissante mais dont le témoignage a quand même le gage d’authenticité de celui qui a vu et entendu le Seigneur. C ’est leurs témoignages qu’il collecte et couchera par écrit dans son évangile. Il utilise enfin des premiers écrits partiels écrits en araméen, sur différents aspects du ministère public de Jésus, de son enfance, de ses miracles. Les hymnes qui parsèment son évangile sont empruntés à la liturgie chrétienne la plus ancienne.
Le livre des Actes fut écrit vers 63, après l’évangile qui date de 60.

Le premier paragraphe de l’Évangile est instructif : Luc précise qu’il s’est préoccupé de retrouver le témoignage des premiers serviteurs de la Parole, c’est-à-dire des apôtres (1.1-5). Luc dédie son livre à un chrétien aisé ; il lui confie son manuscrit pour qu’il le fasse recopier à l’usage des Églises. Il dédiera de même à Théophile les Actes des Apôtres. Son objectif est d’offrir aux chrétiens cultivés des cités gréco-romaines un récit détaillé, documenté, théologiquement précis sur lequel appuyer leur foi.
Quand il écrit son Évangile, il connaît déjà des écrits relatant les actions et les miracles de Jésus, des textes que Marc et Matthieu ont aussi utilisés ce qui donne aux 3 écrits leur caractère synoptique. De plus, au cours de ses voyages, Luc a recueilli d’autres récits conservés par les premières Églises de Jérusalem et de Césarée dont l’origine était la prédication même des Apôtres. C’est le cas tout spécialement pour les deux premiers chapitres, qui traduisent de très près un écrit hébraïque ou araméen de la première génération chrétienne.

Il serait donc erroné de penser que Luc, écrivant longtemps après les événements, comme le disent certains, brode autour de ce qu’il ignore. Il est en réalité beaucoup plus ancien que la datation habituellement reçu qui place les 3 évangiles après la destruction du Temple en 70.

Dans l’Évangile, Luc voit la force qui réconcilie les hommes avec Dieu et les hommes entre eux. C’est pourquoi il a pris soin de rapporter les paraboles de la miséricorde et les paraboles de Jésus qui condamnent l’argent, cause de division entre les hommes. Luc a été également frappé par l’attitude très neuve de Jésus vis-à-vis des femmes, dans un monde juif qui faisait d’elles des mineures.

L’Évangile de Luc comprend trois sections :

—   Le ministère de Jésus en Galilée : 3.1 — 9.56
—   Le voyage à Jérusalem : 9.57 — 18.17
—   l’arrivée à Jérusalem et la passion : 18.18-23

Le dernier chapitre sur les apparitions de Jésus ressuscité sera comme une invitation à lire le livre des Actes, qui reprend le récit là où l’évangile selon Saint Luc s’est arrêté.


Dernière édition par Catholique le Sam 1 Avr - 11:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Catholique
Membre
avatar

Religion : Catholicisme
Sexe : Féminin Messages : 217

MessageSujet: L'évangile selon Saint Jean   Sam 1 Avr - 8:59

L’APÔTRE SAINT JEAN

Son nom « Yochanan » signifie « Dieu fait grâce ».

Il était galiléen et sa famille vivait à Bethsaïde, sur les bords du lac de Tibériade, comme les apôtres Pierre et André. Il était le plus jeune des apôtres et avait un frère, également appelé par Jésus à l’apostolat, Jacques le Majeur.

Son père s’appelait Zébédée et était pécheur. Son affaire était suffisamment prospère pour qu’il ait plusieurs journaliers à son service. Sa mère s’appelait Salomé et fait parties des saintes femmes qui servaient le Seigneur Jésus (Luc 8, 30 et Marc 15, 40-41) et elle fut fidèle jusqu’à la croix où sa présence est signalée (Mt 27, 56) ainsi qu’au sépulcre (Mc 16, 1).

Jean fut d’abord disciple de Saint Jean-Baptiste avant de devenir celui du Christ (Jean 1, 35). Saint Jean va suivre le Christ tout au long de sa prédication, dont il fait le récit détaillé tout au long de son évangile. Jean sera, avec Pierre et Jacques, parmi les disciples les plus fidèles et les plus aimés du Christ, les intimes parmi les intimes. Saint Jean a été le témoin direct et privilégié des évènements qu’il raconte (Jean 19, 34-35 et 21, 24).  C’est pourquoi, il fut avec ces 2 autres apôtres, témoin privilégié d’évènements uniques dont il ne put parler qu’après la Résurrection du Sauveur :

- La résurrection de la fille de Jaïre (Mc 5, 37)
- La Transfiguration (Mt 17, 1 et parallèles)
- L’agonie à Gethsémani (Mt 26, 37)
- Les signes précurseurs de la ruine de Jérusalem et de la fin des temps (Mc 13, 3)

Avec Pierre, il fut chargé des préparatifs de la dernière Cène (Luc 22, 9).

Dans l’évangile, il porte le plus beau des titres : « le disciple que Jésus aimait ». Son surnom, partagé avec son frère Jacques de « fils du tonnerre », lui fut donné par Jésus pour souligné cet amour brûlant que Saint Jean avait pour son Seigneur. Un amour zélé qui lui rendait insupportable l’insulte faite à Jésus par les Samaritains inhospitaliers (Luc 9, 54 et ss.). De cet amour absolu, Jean en fit la preuve en suivant son Maître dans la souffrance de Sa Passion. Il se rend courageusement au palais du grand-prêtre où Jésus est détenu et où sa condition de disciple de l’homme arrêté ne peut être ignorée (Jean 18, 15-16). Puis, il est présent au pied de la croix, soutenant la mère de Jésus qui deviendra sa propre mère (Jean 19, 25-27).

Puis, Saint Jean nous fait le récit qu’il fit avec Pierre, au sépulcre vide et la foi immédiate en la Résurrection en voyant le tombeau vide et le linceul intact (Jean 20, 2 et ss.).

Son évangile fut écrit en dernier et alors que les trois premiers étaient déjà reçus, à la fin du 1er siècle. Là encore, le témoignage des premiers commentateurs du Nouveau testament, les Pères Apostoliques et à leur suite les Pères de l’Eglise, atteste unanimement que l’évangile selon Saint Jean fut reçu universellement, le cite et le commente. Ce témoignage est d’autant plus assuré qu’il remonte à des évêques qui ont personnellement connu Saint Jean, le plus connu d’entre eux étant Polycarpe de Smyrne.

Après l’ascension du Seigneur, Saint Jean resta avec le reste du collège apostolique à Jérusalem. Il affronta le Sanhédrin avec courage pour affirmer la Résurrection du Christ (Actes chapitres 3 & 4, 31). Avec Pierre, dont il a toujours été très proche (il est souvent mentionné avec lui), il évangélisa en Samarie (Actes 8, 14). Saint Jean participa en 49 au concile de Jérusalem où il rencontra l’apôtre Paul qui le considère comme une des colonnes de l’Eglise (Actes 15 & Galates 2, 2).

Après 67, il s’établit à Ephèse. Le christianisme y était dynamique mais des hérésies commençaient également à apparaître et il fallait toute l’autorité apostolique de Jean pour rappeler aux chrétiens le contenu de leur foi. Saint Jean fut arrêté au cours de la persécution lancée contre les chrétiens par l’empereur Domitien puis il fut exilé à Patmos où la parole que le Christ lui a révélé fut consignée dans l’Apocalypse. A la mort de Domitien, son exil prit fin et il rentra à Ephèse. Il poursuivit son ministère et mourut à un âge avancé sous le règne de Trajan.

Catholique


Dernière édition par Catholique le Sam 1 Avr - 11:01, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Catholique
Membre
avatar

Religion : Catholicisme
Sexe : Féminin Messages : 217

MessageSujet: Rappel   Sam 1 Avr - 10:58

Au nom du Père, du Fils et du saint-Esprit, amen.

Bonjour,

Je remets ici les § du CEC concernant le Nouveau Testament, sa canonicité et son autorité. pour ne pas trop surcharger le fil, je le mets en spoiler :

Spoiler:
 

Deo gratias

Catholique
Revenir en haut Aller en bas
Catholique
Membre
avatar

Religion : Catholicisme
Sexe : Féminin Messages : 217

MessageSujet: La Sainte Vierge est une créature   Sam 1 Avr - 11:29

Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit, amen

Bon, puisque je suis lancée, je termine...

Dans le courant du fil, il y a eu un échange autour de la "divinité de Marie".

J'aimerais clarifier quelques points :

1/ Ce n'est pas parce que quelqu'un prétend que la Sainte Vierge est une déesse que c'est vrai.
2/ Ce n'est pas parce que quelqu'un met dans la bouche d'un pape qui a régné 33 jours (Jean-Paul Ier) des propos accréditant l'idée que la Sainte Vierge est une déesse que c'est vrai.

En revanche, ce qui est vérifiable, c'est le donné révélé dans l'Ecriture Sainte et ce que le peuple chrétien a toujours tenu comme faisant partie de la foi et qui est exposé dans le Catéchisme de l'Eglise Catholique.

Voici  ce qu'enseigne le CEC :

508 Dans la descendance d’Eve, Dieu a choisi la Vierge Marie pour être la Mère de son Fils. " Pleine de grâce ", elle est " le fruit le plus excellent de la Rédemption " (SC 103) : dès le premier instant de sa conception, elle est totalement préservée de la tache du péché originel et elle est restée pure de tout péché personnel tout au long de sa vie.

509 Marie est vraiment " Mère de Dieu " puisqu’elle est la mère du Fils éternel de Dieu fait homme, qui est Dieu lui-même.

510 Marie " est restée Vierge en concevant son Fils, Vierge en l’enfantant, Vierge en le portant, Vierge en le nourrissant de son sein, Vierge toujours " (S. Augustin, serm. 186, 1 : PL 38, 999) : de tout son être elle est " la servante du Seigneur " (Lc 1, 38).

511 La Vierge Marie a " coopéré au salut des hommes avec sa foi et son obéissance libres " (LG 56). Elle a prononcé son oui " au nom de toute la nature humaine " (S. Thomas d’A., s. th. 3, 30, 1) : Par son obéissance, elle est devenue la nouvelle Eve, mère des vivants.


Vous noterez que Marie est appelée "Nouvelle Eve" et qu'elle est "descendance d'Eve". Or, sauf erreur de ma part, Eve est bien une créature. C'est précisément parce que Marie est une créature (et pas une déesse, ni une personne de la Trinité Sainte) que Marie a pu activement coopérer à l'oeuvre de la Rédemption. Sa foi et son obéissance sont bien des qualités et des preuves de son état de créature.

C'est encore parce qu'elle est une créature qu'elle a été ressuscitée par son Fils et élevée aux Cieux par Lui (d'où l'on parle de l'Assomption de Marie qui indique qu'elle a été élevée au Ciel par le Christ mais qu'on parle de l'Ascension du Christ qui s'est élevé au Ciel par sa propre puissance divine).

De même, l'Immaculée Conception (tenue par le peuple chrétien depuis toujours) ne peut se comprendre qu'en considérant Marie dans la vérité : elle est une créature sauvée par la mort et la résurrection du Christ, elle a bénéficié des effets de la Rédemption par anticipation mais la source de son salut est celle de tous les chrétiens : la Résurrection du Christ.



Deo gratias !

Catholique


Dernière édition par Catholique le Mar 4 Avr - 10:07, édité 1 fois (Raison : corrections)
Revenir en haut Aller en bas
Catholique
Membre
avatar

Religion : Catholicisme
Sexe : Féminin Messages : 217

MessageSujet: Re: Pourquoi 4 Evangiles?   Sam 1 Avr - 16:56

Votre message sur la Conchiglia:
 

Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit, amen

Bonjour Averroès,

Pour être tout à fait complète, je me suis renseignée sur ces messages que vous avez publiés émanant des pseudo-révélations de la Conchiglia.

La première chose à savoir est de se référer au catéchisme de l'Eglise catholique (encore !) pour savoir comment l'Eglise considère les "révélations privées" dont se réclame ce mouvement :

67 Au fil des siècles il y a eu des révélations dites " privées ", dont certaines ont été reconnues par l’autorité de l’Église. Elles n’appartiennent cependant pas au dépôt de la foi. Leur rôle n’est pas d’ " améliorer " ou de " compléter " la Révélation définitive du Christ, mais d’aider à en vivre plus pleinement à une certaine époque de l’histoire. Guidé par le Magistère de l’Église, le sens des fidèles sait discerner et accueillir ce qui dans ces révélations constitue un appel authentique du Christ ou de ses saints à l’Église.

La foi chrétienne ne peut pas accepter des " révélations " qui prétendent dépasser ou corriger la Révélation dont le Christ est l’achèvement. C’est le cas de certaines religions non chrétiennes et aussi de certaines sectes récentes qui se fondent sur de telles " révélations "
.


Dans le cas de ce "Conchiglia Mouvement d'amour San Juan Diego" il est purement et simplement condamné par l'Eglise et il y a de quoi ! Puisque ce mouvement prétend que des sosies ont pris la place des papes depuis Paul VI et que le pape François est un franc-maçon chargé de mettre en place la religion mondiale. La Conchiglia en question est une voyante du nom de Franca Miscio qui tient des propos dans l'ensemble assez délirants.


Je peux tout à fait comprendre que vous n'ayez pas fait la différence entre la foi chrétienne reçue des Apôtres et transmise par le Magistère de l'Eglise Catholique et les tombereaux de fausses prophéties, interprétations mensongères et complotistes que tous les barjots de la planète déversent sur Internet. Toutefois, avant de publier quelque chose, vérifiez. Propager le faux en se réclamant d'une voyante ne renforce pas la crédibilité d'un propos...

Deo gratias !

Catholique
Revenir en haut Aller en bas
Averroes
Magistrat Inter-religieux
Magistrat Inter-religieux
avatar

Religion : Musulman
Sexe : Masculin Messages : 1521

MessageSujet: Re: Pourquoi 4 Evangiles?   Sam 1 Avr - 23:16

Bonsoir le Catholique,

Catholique a écrit:
Votre message sur la Conchiglia:
 

Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit, amen

Bonjour Averroès,

Pour être tout à fait complète, je me suis renseignée sur ces messages que vous avez publiés émanant des pseudo-révélations de la Conchiglia.

La première chose à savoir est de se référer au catéchisme de l'Eglise catholique (encore !) pour savoir comment l'Eglise considère les "révélations privées" dont se réclame ce mouvement :

67 Au fil des siècles il y a eu des révélations dites " privées ", dont certaines ont été reconnues par l’autorité de l’Église. Elles n’appartiennent cependant pas au dépôt de la foi. Leur rôle n’est pas d’ " améliorer " ou de " compléter " la Révélation définitive du Christ, mais d’aider à en vivre plus pleinement à une certaine époque de l’histoire. Guidé par le Magistère de l’Église, le sens des fidèles sait discerner et accueillir ce qui dans ces révélations constitue un appel authentique du Christ ou de ses saints à l’Église.

La foi chrétienne ne peut pas accepter des " révélations " qui prétendent dépasser ou corriger la Révélation dont le Christ est l’achèvement. C’est le cas de certaines religions non chrétiennes et aussi de certaines sectes récentes qui se fondent sur de telles " révélations "
.


Dans le cas de ce "Conchiglia Mouvement d'amour San Juan Diego" il est purement et simplement condamné par l'Eglise et il y a de quoi ! Puisque ce mouvement prétend que des sosies ont pris la place des papes depuis Paul VI et que le pape François est un franc-maçon chargé de mettre en place la religion mondiale. La Conchiglia en question est une voyante du nom de Franca Miscio qui tient des propos dans l'ensemble assez délirants.


Je peux tout à fait comprendre que vous n'ayez pas fait la différence entre la foi chrétienne reçue des Apôtres et transmise par le Magistère de l'Eglise Catholique et les tombereaux de fausses prophéties, interprétations mensongères et complotistes que tous les barjots de la planète déversent sur Internet. Toutefois, avant de publier quelque chose, vérifiez. Propager le faux en se réclamant d'une voyante ne renforce pas la crédibilité d'un propos...

Deo gratias !

Catholique

Hum...Ne soit pas aussi rigolo que le pélican !

Si tu veux nous réfuter, que ta réfutation soit systématique de tous ce qu'on a posté et pas seulement sur une petite partie discutable en vérité, car si tu considère ainsi que beaucoup de chrétiens que le cas de ce "Conchiglia Mouvement d'amour San Juan Diego" est juste un "faux chrétien" à ne pas prendre au sérieux, d'autres chrétiens au contraire le prenne très, très au sérieux,mais qu'importe, je suis prête à l'écarter comme argument ; il nous restera tout de même  saint Grignion de Montfort, Saint Alphonse de Liguori, Maximilien Kolbe, Leonardo Boff *, qui ont tous mis l'accent plus au moins sur la nature divine de la sainte-vierge ainsi que les   400 évêques signataires de la pétition pendant vatican II pour une redéfinition dogmatique  de la "médiation universelle" de Marie sans oublier la sublime proclamation du saint père à la face du monde :

Pape Jean Paul II :
« Gloire au Père... à la MÈRE... au Fils et au Saint-Esprit »  rire vert!

* voir ce fil pour plus d'information sur ces personnes

Il te reste en réalité chère Catholique 99% de nos arguments à réfuter pour qu'on te donne raison et qu'on puisse comprendre ton mécontentement ;  pardonne-moi chère amie, mais ta réponse manque de crédibilité...

Revenir en haut Aller en bas
http://causeries-islamo-chr.forumsmaroc.com
Catholique
Membre
avatar

Religion : Catholicisme
Sexe : Féminin Messages : 217

MessageSujet: Du danger de propager le faux   Dim 2 Avr - 7:53

Bonjour Averroès,

Il se peut que j'ai manqué de clarté ou de pédagogie. On va reprendre et essayer de clarifier la méthode.

Quelle que soit la question que vous puissiez avoir sur le catholicisme, la réponse est à rechercher dans les sources de l'autorité légitime qui définissent la foi du peuple chrétien : l'Ecriture Sainte, la Tradition Apostolique et l'Eglise (le pape et l'ensemble des évêques en communion avec Rome) cf. § 95 du CEC.

De sorte que, concernant la "divinité" de Marie, j'ai répondu dans mon message d'hier 12h29 ici, en citant les § 508-511 du Catéchisme de l'Eglise Catholique (CEC) :


508 Dans la descendance d’Eve, Dieu a choisi la Vierge Marie pour être la Mère de son Fils. " Pleine de grâce ", elle est " le fruit le plus excellent de la Rédemption " (SC 103) : dès le premier instant de sa conception, elle est totalement préservée de la tache du péché originel et elle est restée pure de tout péché personnel tout au long de sa vie.

509 Marie est vraiment " Mère de Dieu " puisqu’elle est la mère du Fils éternel de Dieu fait homme, qui est Dieu lui-même.

510 Marie " est restée Vierge en concevant son Fils, Vierge en l’enfantant, Vierge en le portant, Vierge en le nourrissant de son sein, Vierge toujours " (S. Augustin, serm. 186, 1 : PL 38, 999) : de tout son être elle est " la servante du Seigneur " (Lc 1, 38).

511 La Vierge Marie a " coopéré au salut des hommes avec sa foi et son obéissance libres " (LG 56). Elle a prononcé son oui " au nom de toute la nature humaine " (S. Thomas d’A., s. th. 3, 30, 1) : Par son obéissance, elle est devenue la nouvelle Eve, mère des vivants.


http://www.vatican.va/archive/FRA0013/__P1H.HTM

Concernant la vidéo qui présente

Pape Jean Paul II :
« Gloire au Père... à la MÈRE... au Fils et au Saint-Esprit »


Je vous rappelle juste que cette information est diffusée par la mystificatrice Franca Miscio, dite "Conchiglia". J'ai écouté et regardé la vidéo : le Saint Père prononce une prière bien connue des catholiques :

"Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit, comme il était au commencement maintenant et toujours et dans les siècles des siècles". Le Pape prononce la 1ère partie de cette phrase en italien: "Gloria al Padre e al Figlio e allo Spirito Santo" et la foule lui répond toujours en italien avec la seconde partie de la prière : "Come era nel principio ora e sempre,
nei secoli dei secoli."


Désolée, Franca Miscio dite Conchiglia ment. Mais peut-on attendre autre chose d'une mystificatrice ?

Voici un lien vers 2 articles du 27 et 28 mai 2015 :

http://www.catholicherald.co.uk/news/2015/05/28/benedict-xvi-given-book-claiming-francis-is-vicar-of-the-anti-christ/
http://www.lastampa.it/2015/05/27/vaticaninsider/eng/the-vatican/benedict-xvi-receives-book-containing-fake-messages-against-francis-X1XRAIhLjVX07nFiG8pGjP/pagina.html


Je traduis les principales informations : Franca Miscio dite Conchiglia a écrit un livre sur ses pseudo-révélations. Elle y affirme que la Sainte Vierge doit être ajoutée à la Trinité, que le pape François est un imposteur mais aussi que les extra-terrestres ont mélangés leur ADN avec celui des humains pour dominer le monde (sic !).

Il me semble assez hasardeux de s'appuyer sur de telles élucubrations...


Maintenant, je vous laisse ici une véritable catéchèse de Saint-Jean Paul II sur la Sainte Vierge qui a clarifié un point de doctrine très important :

"Pie XII ne s'était pas prononcé sur la question de la mort de Marie

A propos de la conclusion de la vie terrestre de Marie, le Concile reprend les termes de la Bulle qui définit le dogme de l'Assomption et il affirme : «La Vierge Immaculée, préservée intacte de toute souillure de la faute originelle, après avoir achevé le cours de sa vie terrestre, a été élevée, avec son corps et son âme, à la gloire du ciel » (Lumen gentium, n. 59). Avec cette formule, la Constitution dogmatique Lumen Gentium, reprenant mon Vénéré prédécesseur Pie XII, ne se prononce pas sur la question de la mort de Marie.

Toutefois Pie XII n'entendait pas nier le fait de la mort, mais seulement il ne jugea pas opportun d'affirmer solennellement, comme une vérité qui devait être admise par tous les croyants, la mort de la Mère de Dieu. En vérité, certains théologiens ont soutenu la thèse que la Vierge n'eut pas à mourir et qu'elle passa directement de la vie terrestre à la gloire céleste. Cette opinion est toutefois inconnue jusqu'au XVIIème siècle, alors qu'il existe en réalité une tradition commune qui voit dans la mort de Marie son introduction à la gloire céleste.

Marie est morte, comme le Christ est mort

En réfléchissant sur le destin de Marie et sur sa relation avec le Fils divin, il semble légitime de répondre de façon affirmative : puisque le Christ est mort, il semble difficile de soutenir le contraire en ce qui concerne sa Mère. C'est dans cette direction qu'ont réfléchi les Pères de l'Église, qui n'ont pas eu de doutes à ce propos.

Il suffit de citer saint Jacques de Sarug (+ 521), selon qui, lorsque vint pour Marie « le temps de marcher sur la voie de toutes les générations », c'est-à-dire sur la voie de la mort, le « chœur des douze Apôtres » se recueillit pour ensevelir « le corps virginal de la Bienheureuse ».
(Discours sur la sépulture de la Sainte Mère de Dieu, 87-99 in C.VONA, Lateranum 19 [1953], 188).

Saint Modeste de Jérusalem (+ 634), après avoir longuement parlé de la « bienheureuse dormition de la très glorieuse Mère de Dieu », conclut sa « louange » en exaltant l'intervention prodigieuse du Christ, qui la « ressuscita du sépulcre » pour l'élever avec lui dans la gloire.
(Enc. in dormitionem Deiparae semperque Virginis Mariae, nn. 7 et 14: PG 86 bis, 3293, 3311).

Pour sa part, saint Jean Damascène (+ 704) se demande : « Comment se fait-il que celle qui pour enfanter franchit toutes les limites de la nature, se plie à présent à ses lois et que son corps immaculé soit soumis à la mort ?». Et il répond : « Il fallait certainement que la partie mortelle soit déposée pour se revêtir d'immortalité, car même le maître de la nature n'a pas refusé l'expérience de la mort. En effet, il meurt selon la chair et par la mort détruit la mort, il donne l'incorruptibilité à la corruptibilité et il transforme le fait de mourir en source de résurrection ».
(Panégéryque sur la dormition de la Mère de Dieu, 10: SC 80, 107).

Elle a pu partager la mort en vue de la Rédemption

Il est vrai que dans la Révélation, la mort est présentée comme un châtiment du péché. Toutefois, le fait que l'Église proclame Marie comme étant libérée du péché originel par un privilège divin singulier, ne conduit pas à conclure qu'Elle a également reçu l'immortalité corporelle. La Mère n'est pas supérieure au Fils, qui a assumé la mort en lui conférant une nouvelle signification et en la transformant en instrument de salut.
Participant à l'œuvre de la Rédemption et associée à l'offre salvatrice du Christ, Marie a pu partager la souffrance et la mort en vue de la Rédemption de l'humanité.

Ce que Sévère d'Antioche affirme à propos du Christ est également valable pour Elle : "Sans une mort préliminaire, comment sa résurrection pourrait-elle avoir lieu ?" (Antijulianistica, Beyrouth 1931, 194s). Pour participer à la résurrection du Christ, Marie devait tout d'abord en partager la mort.

Le Nouveau Testament ne fournit aucune information sur les circonstances de la mort de Marie. Ce silence conduit à supposer qu'elle a eu lieu normalement, sans aucun détail digne d'être mentionné. S'il n'en était pas ainsi, comment la nouvelle aurait-elle pu rester cachée à ses contemporains, ne pas parvenir, d'une façon ou d'une autre, jusqu'à nous?
Quant aux causes de la mort de Marie, les opinions qui voudraient exclure les causes naturelles en ce qui la concerne semblent sans fondement.
La recherche de l'attitude spirituelle de la Vierge au moment de sa disparition de ce monde est plus importante.

L'attitude spirituelle de la Vierge au moment de sa mort

A ce propos, saint François de Sales estime que la mort de Marie a eu lieu à la suite d'un élan d'amour. Il parle d'une mort « dans l'amour, à cause de l'amour, par amour », parvenant ainsi à affirmer que la Mère de Dieu mourut d'amour pour son fils Jésus (Traité de l'Amour de Dieu, Lib. 7, c. XIII-XIV). Quel que soit le fait organique et biologique qui causa, d'un point de vue physique, la fin de la vie du corps, l'on peut dire que le passage de cette vie à l'autre fut pour Marie une maturation de la grâce dans la gloire, si bien que jamais autant que dans ce cas, la mort ne put être considérée comme une « dormition ».

Chez certains Pères de l'Église nous trouvons la description de Jésus qui vient lui-même chercher sa mère au moment de sa mort, pour l'introduire dans la gloire céleste. Ils présentent ainsi la mort de Marie comme un événement d'amour qui l'a conduite à rejoindre son Fils divin, pour en partager la vie immortelle.
A la fin de son existence terrestre, elle aura connu, comme Paul et plus que lui, le désir d'être libérée du corps pour être avec le Christ pour toujours (cf. Ph 1, 23).
L'expérience de la mort a enrichi la personne de la Vierge : ayant subi le sort commun des hommes, elle est en mesure d'exercer avec plus d'efficacité sa maternité spirituelle à l'égard de ceux qui arrivent à l'heure suprême de leur vie.

Jean-Paul II, audience générale du 25 juin 1997

Comment Saint-Jean Paul II aurait pu soutenir que Marie était divine, tout en expliquant qu'elle est morte de mort naturelle ?

Enfin, vous citez une page intéressante et fort bien faite du père Léon Paillot qui explique l'évolution de la mariologie jusqu'à la clarification opérée entre 1950 (proclamation du dogme de l'Assomption de Marie) et Vatican II (1962-1965).

Là encore, la question qui est posée est celle de l'autorité légitime mais aussi celle de l'approfondissement de la Révélation. Reportons-nous encore au CEC :

66 " L’Économie chrétienne, étant l’Alliance Nouvelle et définitive, ne passera donc jamais et aucune nouvelle révélation publique n’est dès lors à attendre avant la manifestation glorieuse de notre Seigneur Jésus-Christ " (DV 4). Cependant, même si la Révélation est achevée, elle n’est pas complètement explicitée ; il restera à la foi chrétienne d’en saisir graduellement toute la portée au cours des siècles.

85 " La charge d’interpréter de façon authentique la Parole de Dieu, écrite ou transmise, a été confiée au seul Magistère vivant de l’Église dont l’autorité s’exerce au nom de Jésus-Christ " (DV 10), c’est-à-dire aux évêques en communion avec le successeur de Pierre, l’évêque de Rome.


Jusqu'en 1950 puis au Concile Vatican II, de nombreux exégètes, dont le père Paillot cite quelques exemples fameux ont cherché à approfondir le sens de la Révélation et le rôle de Marie dans l'oeuvre du salut opérée par le Christ. Toutefois, aucun n'a jamais soutenu que Marie était de nature divine et l'analyse du père Paillot qui décrit fidèlement les pensées de Saint Maximilien Kolbe et de Saint-Louis Grignion de Montfort ne va pas dans ce sens.

Mais en effet, un besoin de clarification s'est fait sentir à cette époque, et c'est le sens des demandes des évêques dont vous faites mention, qui a été réalisé d'abord par la proclamation du dogme de l'Assomption (Constitution Apostolique "Munificentissimus Deus") puis par les travaux conciliaires dont les résultats sont désormais inclus dans le catéchisme dans les parties qui concernent la Vierge Marie et que j'ai cité au début de ce message.

Deo gratias !

Catholique


Dernière édition par Catholique le Sam 8 Avr - 16:16, édité 3 fois (Raison : Ajout d'une information sur Franca Miscio dite Conchiglia)
Revenir en haut Aller en bas
Hibat Allah
Membre Ώ
Membre Ώ
avatar

Religion : ISLAM
Sexe : Féminin Messages : 894

MessageSujet: Re: Pourquoi 4 Evangiles?   Dim 2 Avr - 9:45

Toujours est-il que le Coran vous rappelle que vous divinisez deux êtres humains mortels.

Pourquoi toute ces philosophies autour de Marie ? Sur quoi se basent les pères de l'Eglise pour émettre toutes ces thèses sans fondements ?

La fête de l'Assomption est là , les catholiques la célèbrent chaque année, ils célèbrent l'élévation au ciel du corps charnel de la mère de Jesus qui, selon  vous, est entrée directement dans la gloire de Dieu sans connaître la mort comme tout un chacun,  de la même façon que vous célébrez l'Ascension du Christ ressuscité glorieusement, toujours selon votre croyance.

Je pense qu'il y a une sérieuse confusion avec l'élévation au ciel du corps du Christ qui a été sauvé de la cruci-fiction, ses premiers disciples savaient qu'il allait disparaître, il les avait prévenus lui-même, le Vatican vous cache beaucoup de vérités.

Que Dieu vous guide, Amen.
Revenir en haut Aller en bas
Catholique
Membre
avatar

Religion : Catholicisme
Sexe : Féminin Messages : 217

MessageSujet: Ce que nous croyons   Dim 2 Avr - 13:44

Bonjour Hibat Allah


Hibat Allah a écrit:
Toujours est-il que le Coran vous rappelle que vous divinisez deux êtres humains mortels.


Que Dieu vous guide, Amen.


Bonjour Hibat Allah,


Non, nous confessons un seul Dieu, qui est Père, Fils et Saint-Esprit. c'est pourquoi nous disons :

AU NOM DU PERE ET DU FILS ET DU SAINT ESPRIT

Nous ne divinisons pas la Vierge Marie (voir mes messages précédents).


Citation :

Pourquoi toute ces philosophies autour de Marie ? Sur quoi se basent les pères de l'Eglise pour émettre toutes ces thèses sans fondements ?

Il ne s'agit pas de philosophie mais de la foi chrétienne telle que les Apôtres nous l'ont transmise. Le Christ est vraiment mort et Il est vraiment ressuscité et c'est le fondement de tout l'enseignement de l'Eglise au sujet de la Vierge Marie.

Citation :

La fête de l'Assomption est là , les catholiques la célèbrent chaque année, ils célèbrent l'élévation au ciel du corps charnel de la mère de Jesus qui, selon  vous, est entrée directement dans la gloire de Dieu sans connaître la mort comme tout un chacun,  de la même façon que vous célébrez l'Ascension du Christ ressuscité glorieusement, toujours selon votre croyance.

Non, Hibat Allah, relisez la catéchèse de Saint Jean-Paul II : Marie, arrivée au terme de sa vie, est morte de mort naturelle. Elle a été ressuscitée et élevée, corps et âme, au Ciel par le Christ. C'est cela précisément l'Assomption de Marie.


Pour participer à la résurrection du Christ, Marie devait tout d'abord en partager la mort.

Le Nouveau Testament ne fournit aucune information sur les circonstances de la mort de Marie. Ce silence conduit à supposer qu'elle a eu lieu normalement, sans aucun détail digne d'être mentionné. S'il n'en était pas ainsi, comment la nouvelle aurait-elle pu rester cachée à ses contemporains, ne pas parvenir, d'une façon ou d'une autre, jusqu'à nous?
Quant aux causes de la mort de Marie, les opinions qui voudraient exclure les causes naturelles en ce qui la concerne semblent sans fondement.


Jean-Paul II, audience générale du 25 juin 1997



Citation :
Je pense qu'il y a une sérieuse confusion avec l'élévation au ciel du corps du Christ qui a été sauvé de la cruci-fiction, ses premiers disciples savaient qu'il allait disparaître, il les avait prévenus lui-même, le Vatican vous cache beaucoup de vérités.

Non, le Christ est vraiment mort et il est vraiment ressuscité et il avait préparé ses disciples à cela en annonçant à 3 reprises sa mort et sa résurrection à ses apôtres :


1/ Après que l’apôtre Pierre eut reconnu en Jésus-Christ, le Messie véritable annoncé par les prophètes en Matthieu 16, 21 :

« Dès lors, Jésus entreprit de montrer à ses disciples qu’il devait aller à Jérusalem et y souffrir beaucoup de la part des anciens et des scribes, être mis à mort et ressusciter le troisième jour. »

Voir Mc 8, 31-38 ; Lc 9, 22-27 et Jn 12, 25

2/ Après la Transfiguration glorieuse du Seigneur, Il annonce une seconde fois sa mort et sa résurrection :


Matthieu 17, 22-23

«  Tandis qu’ils faisaient route en Galilée, Jésus leur dit : « Le Fils de l’Homme doit être livré entre les mains des hommes, ils le feront mourir mais le troisième jour il ressuscitera ».


Voir Mc 9, 30-32 et
Lc 9, 43-45

« Comme tous étaient dans l’admiration de ce que faisait Jésus, il dit à ses disciples ; « Pour vous, mettez-vous bien en tête ce que je vais vous dire : le Fils de l’Homme sera bientôt livré entre les mains des hommes ». Mais les disciples restaient fermés à cette parole ; elle était voilée pour eux, de sorte qu’ils n’n saisissaient pas les sens et ils n’osaient pas l’interroger à ce propos ».

3/ Avant son entrée triomphale et inaugurale de la Passion, Jésus annonce une troisième fois sa mort et sa résurrection


Matthieu 20, 17-19 :

« Sur le point de monter à Jérusalem, Jésus prit à part les Douze. Il leur dit, chemin faisant : « Voici que nous montons à Jérusalem. Le Fils de l’Homme va être livré aux grands prêtres et aux scribes. Ils vont le condamner à mort, et le livrer aux païens pour être exposé à leurs moqueries, flagellé, crucifié mais le troisième jour, il ressuscitera. »

Mc 10, 32-34 et
Lc 18, 31-34

« Ensuite, Jésus prit à part les Douze et leur dit : « Voici que nous montons à Jérusalem. Tout ce que les prophètes ont écrit du Fils de l’Homme va s’accomplir. On va le livrer aux païens, le bafouer, l’outrager, le conspuer. On va le flageller et le mettre à mort et le troisième jour, il ressuscitera. Mais ils ne comprirent rien à tout cela : ce langage leur était une énigme dont ils ne saisissaient point le sens. »

Enfin, le Vatican ne nous cache rien : toute la doctrine catholique est disponible en ligne sur le site du Vatican : www.vatican.va


Deo gratias !

Catholique
Revenir en haut Aller en bas
Hibat Allah
Membre Ώ
Membre Ώ
avatar

Religion : ISLAM
Sexe : Féminin Messages : 894

MessageSujet: Re: Pourquoi 4 Evangiles?   Dim 2 Avr - 16:19

Catholique a écrit:
Bonjour Hibat Allah

Nous ne divinisons pas la Vierge Marie (voir mes messages précédents).

Vous la priez et l'invoquez, c'est ce que le Coran appelle divinisation.

Catholique a écrit:
Non, Hibat Allah, relisez la catéchèse de Saint Jean-Paul II : Marie, arrivée au terme de sa vie, est morte de mort naturelle. Elle a été ressuscitée et élevée, corps et âme, au Ciel par le Christ. C'est cela précisément l'Assomption de Marie.

Catholique a écrit:
Le Nouveau Testament ne fournit aucune information sur les circonstances de la mort de Marie. Ce silence conduit à supposer qu'elle a eu lieu normalement, sans aucun détail digne d'être mentionné. S'il n'en était pas ainsi, comment la nouvelle aurait-elle pu rester cachée à ses contemporains, ne pas parvenir, d'une façon ou d'une autre, jusqu'à nous?

Catholique a écrit:
Quant aux causes de la mort de Marie, les opinions qui voudraient exclure les causes naturelles en ce qui la concerne semblent sans fondement.

Quelles sont les fondements des déclarations de Jean Paul II au sujet de la mort de Marie ? scratch

Pourquoi philosopher et pourquoi supposer, pourquoi se brûler les neurones sur des sujets secondaires, et si la nouvelle n'a pas été cachée, comment se fait-il qu'elle ne soit pas mentionnée dans la Bible Rolling Eyes Exclamation Question

Catholique a écrit:
Enfin, le Vatican ne nous cache rien : toute la doctrine catholique est disponible en ligne sur le site du Vatican : www.vatican.va

S5 V77. Dis : "Ô gens du Livre, n'exagérez pas en votre religion, s'opposant à la vérité. Ne suivez pas les passions des gens qui se sont égarés avant cela, qui ont égaré beaucoup de monde et qui se sont égarés du chemin droit.

Revenir en haut Aller en bas
Catholique
Membre
avatar

Religion : Catholicisme
Sexe : Féminin Messages : 217

MessageSujet: Re: Pourquoi 4 Evangiles?   Dim 2 Avr - 17:27

Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit, amen


Hibat Allah a écrit:
Catholique a écrit:
Bonjour Hibat Allah

Nous ne divinisons pas la Vierge Marie (voir mes messages précédents).

Vous la priez et l'invoquez, c'est ce que le Coran appelle divinisation.

Quelles sont les fondements des déclarations de Jean Paul II au sujet de la mort de Marie ? scratch

Pourquoi philosopher et pourquoi supposer, pourquoi se brûler les neurones sur des sujets secondaires, et si la nouvelle n'a pas été cachée, comment se fait-il qu'elle ne soit pas mentionnée dans la Bible Rolling Eyes Exclamation Question

Bonjour Hibat Allah,

L'imprécision du Coran quand il s'agit d'exprimer le donné révélé est une des raisons pour lesquelles je pense qu'il n'y a pas de révélation authentique à l'oeuvre dans ce livre. Ce point étant clarifié, je poursuis : non, nous ne divinisons pas la Vierge Marie. Tout ce que l'Eglise enseigne à son sujet repose précisément sur l'humanité de Marie et son état de créature mortelle.

C'est en réalité un sujet capital précisément parce que Marie est une femme et une croyante comme vous et moi.

Par sa mort et sa résurrection, le Christ a entièrement recréé l'Humanité déchue et défigurée par le péché originel. Sa Résurrection n'est pas un simple retour à une vie mortelle : c'est une vie nouvelle et glorieuse, enracinée dans la vie même de Dieu et dans des conditions corporelles entièrement renouvelées ("corps glorieux").

Cette vie nouvelle est ce qui nous est promis, à nous qui sommes baptisés dans la mort et la résurrection du Christ.

La 1ère à avoir bénéficié de cette vie nouvelle dans la Résurrection du Christ parmi les créatures, c'est la Vierge Marie. Marie est vivante et corporellement présente au Ciel comme le Christ siège à la droite de Dieu le Père. Mais cela ne change rien à sa nature humaine, au contraire ! C'est bien parce qu'elle est restée une femme et une créature que cela est pour nous un sujet de joie !

Dans nos prières de dévotion à la Vierge Marie, nous ne nous adressons pas à une morte divinisée mais à une femme vivante et vivante dans la proximité étroite avec Dieu. C'est l'origine du culte que nous vouons à la Vierge Marie, dans les conditions que l'Eglise définit en distinguant soigneusement le culte d'adoration qui n'est dû qu'à Dieu et la vénération qui est dûe à la Vierge Marie (et aussi aux saints).


Est-ce que nous prions et invoquons Marie ? Quelle est la forme de la dévotion que nous vouons à Marie ?


Voici ce qu'expose le Catéchisme de l'Eglise Catholique :

II. Le culte de la Sainte Vierge

971 " Toutes les générations me diront bienheureuse " (Lc 1, 48) : " La piété de l’Église envers la Saint Vierge est intrinsèque au culte chrétien " (MC 56). La sainte Vierge " est légitimement honorée par l’Église d’un culte spécial. Et de fait, depuis les temps les plus reculés, la bienheureuse Vierge est honorée sous le titre de ‘Mère de Dieu’ ; les fidèles se réfugient sous sa protection, l’implorant dans tous leurs dangers et leurs besoins (...). Ce culte (...) bien que présentant un caractère absolument unique (...) n’en est pas moins essentiellement différent du culte d’adoration qui est rendu au Verbe incarné ainsi qu’au Père et à l’Esprit Saint ; il est éminemment apte à le servir " (LG 66) ; il trouve son expression dans les fêtes liturgiques dédiées à la Mère de Dieu (cf. SC 103) et dans la prière mariale, telle le Saint Rosaire, " abrégé de tout l’Évangile " (cf. MC 42).




Pourquoi cette nouvelle de la mort de Marie ne fait pas l'objet d'un récit ou d'une mention dans le NT ?


1/ Parce que Marie est morte après la rédaction de la plupart des écrits du NT.
2/ Parce que la plupart des lettres (également appelée épîtres) sont des écrits de circonstances qui répondaient à des questions de morale ou d'organisation des premières églises et qu'il n'y avait pas lieu de parler de Marie (ce qui en plus aurait été aussi incongru qu'indélicat).
3/ Parce que certains évènements (tout ce qui a trait à la naissance miraculeuse de Jésus-Christ et à son enfance et où Marie a joué un rôle important) n'étaient connus que d'un petit nombre de personnes. Tant que Marie était vivante, les apôtres ont observé une respectueuse discrétion la concernant. Ces informations ne sont pas passées immédiatement dans la transmission de la foi : c'est après le décès de Marie que ces informations ont été diffusées (notamment le grand récit dans l'évangile selon Saint Luc).

Mais la foi en l'Assomption de Marie est attestée par des écrits, les arts et la liturgie dès la fin du 2ème siècle de l'ère chrétienne, ce qui prouve que les circonstances et le fait de la mort puis de la résurrection de Marie était un fait connu (j'y reviendrai si vous le souhaitez).

Sur quoi s'appuie Saint Jean-Paul II quand il affirme que la Vierge Marie est passé par la mort ?

Sur l'Ecriture Sainte, la Tradition Apostolique et le Magistère de l'Eglise. En l'occurrence, Jean-Paul II relève que les Pères les plus anciens considéraient naturellement que Marie était morte de mort naturelle et que les affirmations contraires sont plus tardives et moins fiables.

Deo gratias !

Catholique


Dernière édition par Catholique le Dim 2 Avr - 17:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hibat Allah
Membre Ώ
Membre Ώ
avatar

Religion : ISLAM
Sexe : Féminin Messages : 894

MessageSujet: Re: Pourquoi 4 Evangiles?   Mar 4 Avr - 10:10

pee
Catholique a écrit:
L'imprécision du Coran quand il s'agit d'exprimer le donné révélé est une des raisons pour lesquelles je pense qu'il n'y a pas de révélation authentique à l'oeuvre dans ce livre.

Les précisions au sujet de l'adoration/divinisation/associationnisme, ce n'est pas ce qui manque dans le Coran.

S40 V60. Et votre Seigneur dit: « Appelez-Moi, Je vous répondrai. Ceux qui, par orgueil, se refusent à M'adorer entreront bientôt dans l'Enfer, humiliés. »

S1 V5. C'est Toi [Seul] que nous adorons, et c'est Toi [Seul] dont nous implorons secours.  


S40 V65. C'est Lui le Vivant. Point de divinité à part Lui. Appelez-Le donc, en Lui vouant un culte exclusif. Louange à Allah, Seigneur de l'univers ![/i]

Ici ces versets par exemple affirment explicitement que les prières de supplications, les implorations et les invocations sont une forme d'adoration.


Catholique a écrit:
non, nous ne divinisons pas la Vierge Marie. Tout ce que l'Eglise enseigne à son sujet repose précisément sur l'humanité de Marie et son état de créature mortelle.

Catholique a écrit:
les fidèles se réfugient sous sa protection, l’implorant dans tous leurs dangers et leurs besoins (...).

Divinisation pure et dure, pourquoi rechercher la protection d'une créature humaine mortelle ?

Catholique a écrit:
Pourquoi cette nouvelle de la mort de Marie ne fait pas l'objet d'un récit ou d'une mention dans le NT ?

1/ Parce que Marie est morte après la rédaction de la plupart des écrits du NT.

Ce n'est qu'une supposition, rien n'est certain, personne ne sait quand est-ce qu'elle est morte.

Vraiment étrange qu'on ne trouve aucune trace sur la sira d'une personnalité si importante,  quand même, je ne crois pas que les théologiens chrétiens des premiers siècles l'auraient négligée, il doit y avoir au moins un historien qui se serait penché sur sa sira, comme se sont penchés les historiens/théologiens musulmans sur la sira des femmes des premiers siècles de l'ère islamique. C'est pour ça que je dis que le Vatican cache beaucoup de choses à ses fidèles.

Catholique a écrit:
Sur quoi s'appuie Saint Jean-Paul II quand il affirme que la Vierge Marie est passé par la mort ?

Sur l'Ecriture Sainte, la Tradition Apostolique et le Magistère de l'Eglise. En l'occurrence, Jean-Paul II relève que les Pères les plus anciens considéraient naturellement que Marie était morte de mort naturelle et que les affirmations contraires sont plus tardives et moins fiables.

Et sur quoi se base-t-il pour affirmer qu'elle est ressuscitée ?

[i]V36 S17. Et ne poursuis pas ce dont tu n'as aucune connaissance. L'ouïe, la vue et le cœur: sur tout cela, en vérité, on sera interrogé.


Le culte de l'Assomption est récemment introduit dans la foi catholique romaine.

Dans la foi orthodoxe orientale, on parle plutôt de Dormition, ce qui implique que pour l'église orientale, Marie n'a jamais connu la mort comme tout être humain, ce qui fait d'elle un être égal à Dieu du moment où, islamiquement parlant, seul Dieu qui ne meurt jamais.

Dormition.... cela me fait penser à l'élévation et la dormition du Christ, qui n'a jamais été ni tué ni crucifié, et qui mourra après son retour et après qu'il aurait tué le dajjal.

Que Dieu nous guide tous.

Revenir en haut Aller en bas
Catholique
Membre
avatar

Religion : Catholicisme
Sexe : Féminin Messages : 217

MessageSujet: Adoration ou vénération ?   Mar 4 Avr - 17:15




Je comprends parfaitement que certains aspects de la foi chrétienne peuvent vous sembler parfaitement inouïs. Je vais essayer de vous expliquer. Chaque étape demanderait une illustration en s'appuyant sur les 3 fondements de la foi chrétienne (Sainte Ecriture, Tradition Apostolique et Magistère de l'Eglise). Pour ne pas alourdir le propos, vous voudrez bien me faire confiance dans un premier temps et me questionner sur ce que vous voulez dans un deuxième temps.

Nous adorons un seul Dieu, Père, Fils et Saint-Esprit. Les 3 personnes unies dans l'unité de la substance divine étant la Trinité Sainte. L'adoration n'est due qu'à Dieu seul. Cette adoration prend des formes liturgiques ou matérielles précises.

Nous croyons que, selon tout ce qui a été annoncé par les prophètes, le Christ est Dieu venu dans notre chair mortelle. Conçu du Saint-Esprit, Il a pris chair de la Vierge Marie. C'est ce que Saint Jean écrit dans son évangile (Jn 1, 14) :

λόγος σὰρξ ἐγένετο
Logos sarx egeneto
Le Verbe s'est fait chair


σὰρξ (sarx) en grec ancien signifie "viande" (d'où le mot sarcophage). Le Fils a pris notre chair dans toute sa condition mortelle, dans toute sa médiocrité et sa fragilité tant physique que spirituelle : l'humanité pécheresse depuis Adam. Cette humanité est morte sur la croix.

En ressuscitant des morts, Jésus-Christ n'est pas revenu à la vie comme une réanimation mais bien comme une humanité régénérée et renouvelée : les effets du péché originel sont anéantis pour tous ceux qui sont unis à la mort et à la résurrection du Christ par le baptême. Jésus-Christ est souvent appelé le "nouvel Adam".

Marie est la nouvelle Eve parce que son attitude d'obéissance et d'adhésion aimante et libre à la volonté de Dieu est la réponse à la désobéissance et au manque d'amour et de confiance d'Eve (Gn 3, 1-6). Confiante jusqu'au bout dans la volonté de Dieu, Marie a bénéficié de grâces spéciales (κεχαριτωμένη : Kecharitomene, comblée-de-grâces - Luc 1, 28) : sa mort a été à l'image de sa vie, tout amour de Dieu Tout-Puissant. C'est donc pour cela qu'il est aussi possible d'utiliser, comme le font les orthodoxes le mot "Dormition". Car sa mort ne fut pas tant la conséquence du péché (Gn 3, 19) qu'un mouvement d'amour ultime de l'âme de la Vierge Marie vers Dieu (voyez la catéchèse de Jean-Paul II qui explique cela).
Marie est donc parmi les créatures celle qui a le plus et le mieux aimé Dieu. Jésus-Christ l'a ressuscité et élevée au Ciel. D'où nous croyons que Marie est à la fois : vivante et corporellement présente au Ciel et par conséquent, elle continue, dans son état de créature, de mère et d'adoratrice à faire ce qu'elle a fait tout au long de sa vie terrestre.

Elle intercède et entoure de sa sollicitude maternelle, tous les chrétiens qui l'invoquent et demande son intercession auprès de Dieu notre Père, par Son Fils Jésus-Christ, dans l'unité de l'Esprit-Saint. C'est un vaste dialogue d'amour qui unit Dieu à tous les croyants, vivants sur terre comme au Ciel (nous appelons cela la "communion des saints"). Marie en est une interlocutrice privilégiée.

Le rôle d'intercession de Marie est présenté dans 3 moments de l'Evangile : aux Noces de Cana (Jn 2, 1-12), à la Croix où Jésus la confie à son disciple Jean (Jn 19, 26-27) et au moment de la Pentecôte (Actes 1, 14).

Pour résumer, nous n'adorons pas Marie parce que Marie adore toujours Dieu pour nous et avec nous. Nous vénérons l'adoratrice de Dieu la plus véritable et la plus accomplie, parmi les créatures. Nous cherchons sa protection, nous méditons son exemple.

Cette vénération prend différentes formes : le chapelet en est une qui est très connue. Dans cette prière, nous contemplons Jésus-Christ et nous prions Dieu, avec la Vierge Marie. Dans nos célébrations liturgiques, (Assomption, Immaculée Conception, Nativité de Marie), c'est l'oeuvre de Dieu en Marie que nous contemplons et que nous louons.

Citation :
Ce n'est qu'une supposition, rien n'est certain, personne ne sait quand est-ce qu'elle est morte.

Vraiment étrange qu'on ne trouve aucune trace sur la sira d'une personnalité si importante,  quand même, je ne crois pas que les théologiens chrétiens des premiers siècles l'auraient négligée, il doit y avoir au moins un historien qui se serait penché sur sa sira, comme se sont penchés les historiens/théologiens musulmans sur la sira des femmes des premiers siècles de l'ère islamique. C'est pour ça que je dis que le Vatican cache beaucoup de choses à ses fidèles.

Et sur quoi se base-t-il pour affirmer qu'elle est ressuscitée ?

Oui, chère Hibat Allah, la tradition ecclésiastique a recueilli toutes les informations utiles sur la Vierge Marie. Nous avons également des informations précises sur la datation des écrits du NT (voyez par exemple les messages que j'ai publiés sur chacun des 4 évangélistes). Je peux rentrer plus avant dans les détails si vous le souhaitez. Même si nous ne savons pas exactement la date de la mort de Marie, elle s'est produite dans le cours de la rédaction des 4 évangiles : d'où les mentions plus abondantes chez Saint Luc et Saint Jean (qui ont personnellement connus Marie).

Citation :
Le culte de l'Assomption est récemment introduit dans la foi catholique romaine.

Non, chère Hibat Allah : il existe un récit de l'Assomption de la fin du 2ème siècle, l'Assomption de Marie est représentée dans des oeuvres picturales chrétiennes au 3ème siècle et la fête de l'Assomption est attestée dans la liturgie chrétienne au 4ème siècle. C'est la plus ancienne des fêtes mariales, dans toute la chrétienté.

Citation :

Dormition.... cela me fait penser à l'élévation et la dormition du Christ, qui n'a jamais été ni tué ni crucifié, et qui mourra après son retour et après qu'il aurait tué le dajjal.

Jésus a annoncé à 3 reprises sa mort sur la croix et sa résurrection (voir mon message à ce sujet). Serait-il un menteur ?

Jésus a annoncé sa mort et sa résurrection:
 

Deo gratias !

Catholique
Revenir en haut Aller en bas
Catholique
Membre
avatar

Religion : Catholicisme
Sexe : Féminin Messages : 217

MessageSujet: Assomption de Marie   Sam 8 Avr - 10:49

Bonjour,

Absent de l’Ecriture sainte, le mystère de l’Assomption de la Vierge Marie a été transmis par l’enseignement oral. L’Assomption de Marie nous est connue par un texte en langue grecque (ms Vaticanus graecus 1982). Ce texte est connu en de nombreuses langues : copte, syriaque, arabe, éthiopien, latin, arménien, géorgien.

Ecrit à Jérusalem, il est porteur de la tradition de l’Eglise primitive sur la fin glorieuse de la Vierge Marie.

En voici quelques extraits :

(…) Alors les apôtres entrèrent dans la maison de Marie et dirent d’une seule voix : « Marie, notre sœur, mère de tous ceux qui sont sauvés, que la grâce du Seigneur soit avec toi ». Les voyant, Marie fut remplie de joie et s’écria en disant : « Que la grâce soit avec vous aussi ! Comment êtes-vous arrivés ici tous ensemble, car je vous vois tous rassemblés. » (…) Alors ils l’embrassèrent tous, depuis Pierre jusqu’à Paul en disant : « Que le Seigneur te bénisse lui qui sauve tous les hommes » (…)

Quand (…) le soleil parut, Marie se leva, alla à l’extérieur et récita la prière que l’ange lui avait donnée. Après la prière, elle rentra, s’étendit sur son lit et compléta le cours de sa vie. Pierre s’assit à la tête et Jean aux pieds et les autres apôtres en cercle autour de son lit. (…) Et voici que tout à coup, le Seigneur Jésus arrive sur les nuées avec une multitude innombrable de saints anges. Avec Michel et Gabriel, il entra dans la chambre où était Marie, tandis que les anges chantaient des hymnes et se tenaient à l’extérieur de la chambre. En entrant, le Sauveur trouva les apôtres autour de Marie et les salua. (…)

Le Seigneur l’embrassa, prit son âme sainte et la déposa dans les mains de Michel en l’enveloppant de peaux dont il est impossible de dire l’éclat. Et nous, les apôtres, nous vîmes l’âme de Marie remise entre les mains de Michel. (…)

Les apôtres portèrent Marie au tombeau ; ayant déposé le corps, ils s’assirent en attendant tous ensemble le Seigneur, comme il le leur avait ordonné. (…) Et le Seigneur dit à Michel de prendre le corps de Marie sur une nuée et de le déposer au paradis. (…) Quand ils arrivèrent au paradis, ils déposèrent le corps de Marie sous l’arbre de vie. Michel apporta son âme sainte et ils la déposèrent dans son corps.



En s'appuyant sur ce texte, les représentations artistiques de l'Assomption de la Vierge Marie, la montrent entourée des apôtres et des anges, comme dans la basilique Sainte-Marie-Majeure.

Deo gratias !

Catholique
Revenir en haut Aller en bas
Hibat Allah
Membre Ώ
Membre Ώ
avatar

Religion : ISLAM
Sexe : Féminin Messages : 894

MessageSujet: Re: Pourquoi 4 Evangiles?   Jeu 18 Mai - 21:06

Revenir en haut Aller en bas
Catholique
Membre
avatar

Religion : Catholicisme
Sexe : Féminin Messages : 217

MessageSujet: Re: Pourquoi 4 Evangiles?   Sam 20 Mai - 13:38

Bonjour Hibat Allah,

Bart Ehrman est un universitaire. C’est aussi un chrétien évangélique devenu agnostique. Autant dire, un apostat.

Son topo contient des erreurs nombreuses :

A 2’02, il se trompe sur les dates de rédaction des évangiles.
Matthieu est le plus ancien, il a été écrit entre 45 et 48.
Marc a été écrit en 49
Luc a été écrit en 60
Jean a été écrit vers 90-95 (Ehrman est correct sur ce point)

3’21 : nouvelle erreur de Erhman, nous appelons les évangiles selon saint « Matthieu, Marc, Luc et Jean » parce qu’ils sont les auteurs de ces évangiles et que nous savons dans quelles conditions, où et quand ils ont été écrits. Ce ne sont pas des livres anonymes : les manuscrits portent bien "évangile selon ...".


Par exemple : "Evangile selon Marc" figure en toutes lettres dans 5 manuscrits références..."Evangile selon Jean" dans 8 manuscrits de référence ; pour Luc : 10 manuscrits et pour Matthieur 6 manuscrits.


A 4 ‘00 Ehrman se trompe encore. Luc était médecin : il savait lire et écrire ; Matthieu était collecteur d’impôt : il savait lire et écrire. Seuls Jean et Pierre, artisans pêcheurs ne pouvaient se targuer d’une éducation aussi complète. Toutefois, il faut savoir que les juifs étaient le peuple le plus alphabétisé de l’ancien empire romain. Les rabbins et les docteurs de la loi se recrutaient précisément parmi les artisans (Paul, par exemple était tisserand).  En citant Actes 4, 13 pour affirmer que Pierre et Jean sont illettrés, Ehrman ment ou se trompe : le texte dit seulement que Pierre et Jean sont des « hommes du commun, sans instruction ». Cela signifie que Pierre et Jean (contrairement à Paul par exemple), n’ont pas étudié la Torah auprès d’un maître réputé. Mais cela n'en fait pas des illettrés. Ce sont des gens qui n'ont pas vocation à enseigner autrui comme le ferait un scribe ou un docteur de la Loi.

A 4 ’25 Ehrman se contredit : il prétend qu’on ne sait pas qui a écrit les évangiles mais 25 secondes plus tard, il en sait suffisamment sur eux pour affirmer qu’ils ne sont pas des disciples de Jésus…Luc était grec et son évangile est écrit en grec classique (attique) ; pour ses affaires, Matthieu avait besoin de parler grec dans ses relations avec l’administration fiscale romaine. Pierre et Jean, qui ont longtemps vécu hors de leur Galilée natale n’ont pu y séjourner aussi longtemps sans parler grec.

A 5’00 : affirmation sans fondement d’Ehrman : comment les récits auraient-ils pu être modifié par des gens qui n’étaient pas des disciples ? Il se garde en tout cas de prouver ce qu'il dit !

A 6’00 : Marc et Jean indique la même date. Voir Mc 15, 42 et Jn 19, 14

Les 3 dernières minutes sont un étalage d'ignorance.

Ma conclusion : le discours d’Ehrman n’est pas fiable historiquement tant il tord les faits et les textes.

Je lis ceci dans sa fiche wikipedia :

Dans Forged, Ehrman postule que certains livres du Nouveau Testament étaient falsifiés et montre comment la pratique de la falsification était pratiquée par les premiers écrivains chrétiens et comment elle a été condamné dans le monde antique comme frauduleuse et illicite. Son ouvrage savant, Forgery and Counterforgery est un regard de pointe à la pratique de la contrefaçon dans le Nouveau Testament et la littérature chrétienne primitive. Il plaide en faveur de considérer les livres faussement attribués ou pseudépigraphiques dans le Nouveau Testament et la littérature chrétienne primitive comme "falsification", et regarde pourquoi certaines œuvres du Nouveau Testament et du christianisme primitif sont considérées comme forgées, et le vaste phénomène dans le monde Grec et Romain.

Ce monsieur est définitivement un menteur car je ne peux imaginer qu'un universitaire soit ignorant des problématiques de transmission des textes par voie manuscrite. Il tord la vérité.

Deo gratias !

Catholique


Dernière édition par Catholique le Sam 20 Mai - 16:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Catholique
Membre
avatar

Religion : Catholicisme
Sexe : Féminin Messages : 217

MessageSujet: Re: Pourquoi 4 Evangiles?   Sam 20 Mai - 16:46

J’aimerais revenir un instant sur certains propos d’Ehrman. Il affirme que dans les universités, on enseigne que les évangiles de Matthieu et Luc ont été écrits entre 70 et 80 et Jean en 90-95. Il dit vrai : en effet, les datations qui font consensus considèrent que les évangiles sont tous postérieurs à la destruction du Temple en 70. Pourquoi ?

A cause de cette parole de Jésus :

Marc 13, 1-2 :


Comme Jésus sortait du temple, un de ses disciples lui dit: «Maître, regarde, quelles pierres et quelles constructions!» Jésus lui répondit: «Tu vois ce grand édifice? Il n'y sera laissé pierre sur pierre qui ne soit culbutée

Cette parole de Jésus est également rapportée en Matthieu 24, 1-2

Au sortir du temple, les disciples abordèrent Jésus pour lui montrer la structure de l'édifice.  Mais il prit la parole: «Vous voyez tout cela? dit-il. Oui, je vous le déclare, il ne restera pas ici pierre sur pierre qui ne soit culbutée

Et en Luc 21, 5-6

Comme l'on faisait observer que le temple était bâti de belles pierres, et pourvu de riches offrandes, Jésus dit  : «Des jours viendront où, de tout ce que vous voyez là, il ne restera pas pierre sur pierre qui ne soit renversée.»


Remarquez l’exactitude de la parole de Jésus rapportée par les 3 évangélistes.

Les historiens, comme M. Erhman, considèrent que Jésus n’a pas réellement prononcé ces mots mais que les évangélistes ou les « auteurs anonymes des évangiles » ont mis cette parole dans la bouche de Jésus après que l’événement ait eu lieu : en 70. Conclusion : les évangiles sont postérieurs à la destruction du Temple.

Cette hypothèse est fausse pour 2 raisons :

- Flavius Josèphe rapporte que la destruction du Temple a été annoncée en 62 :


Guerre des Juifs, VI, 300-309


Mais voici de tous ces présages le plus terrible : un certain Jésus, fils d'Ananias, de condition humble et habitant la campagne, se rendit, quatre ans avant la guerre, quand la ville jouissait d'une paix et d'une prospérité très grandes, à la fête où il est d'usage que tous dressent des tentes en l'honneur de Dieu, et se mit soudain à crier dans le Temple : « Voix de l'Orient, voix de l'Occident, voix des quatre vents, voix contre Jérusalem et contre le Temple, voix contre les nouveaux époux et les nouvelles épouses, voix contre tout le peuple ! » Et il marchait, criant jour et nuit ces paroles, dans toutes les rues. Quelques citoyens notables, irrités de ces dires de mauvais augure, saisirent l'homme, le maltraitèrent et le rouèrent de coups. Mais lui, sans un mot de défense, sans une prière adressée à ceux qui le frappaient, continuait à jeter les mêmes cris qu'auparavant. Les magistrats, croyant avec raison, que l'agitation de cet homme avait quelque chose de surnaturel, le menèrent devant le gouverneur romain. Là, déchiré à coups de fouet jusqu'aux os, il ne supplia pas, il ne pleura pas mais il répondait à chaque coup, en donnant à sa voix l'inflexion la plus lamentable qu'il pouvait : « Malheur à Jérusalem ! » Le gouverneur Albinus lui demanda qui il était, d'où il venait, pourquoi il prononçait ces paroles ; l'homme ne fit absolument aucune réponse, mais il ne cessa pas de réitérer cette lamentation sur la ville, tant qu'enfin Albinus, le jugeant fou, le mit en liberté. Jusqu'au début de la guerre, il n'entretint de rapport avec aucun de ses concitoyens ; on ne le vit jamais parler à aucun d'eux, mais tous les jours, comme une prière apprise, il répétait sa plainte : « Malheur à Jérusalem ! » Il ne maudissait pas ceux qui le frappaient quotidiennement, il ne remerciait pas ceux qui lui donnaient quelque nourriture. Sa seule réponse à tous était ce présage funeste. C'était surtout lors des fêtes qu'il criait ainsi. Durant sept ans et cinq mois, il persévéra dans son dire, et sa voix n’éprouvait ni faiblesse ni fatigue ; enfin, pendant le siège, voyant se vérifier son présage, il se tut. Car tandis que, faisant le tour du rempart, il criait d'une voix aiguë : « Malheur encore à la ville, au peuple et au Temple », il ajouta à la fin : « Malheur à moi-même », et aussitôt une pierre lancée par un onagre le frappa à mort. Il rendit l'âme en répétant les mêmes mots.


Nous ne savons rien de ce Jésus fils d’Ananias. Etait-il chrétien et connaissait-il la prophétie que Jésus avait faite 40 ans auparavant ? Possible. Etait-il juste un peu plus lucide que le reste de son peuple sur la réalité de la situation militaire des juifs face à l’armée romaine ?
En tout cas, il y a un fait : la destruction du Temple a été annoncée par Jésus 40 ans avant qu’elle se produise et elle a été annoncée une dernière fois 8 ans avant qu’elle survienne (en 62).

La datation des évangiles sur ce critère repose sur un à priori : il n’est pas possible que qui ce soit ait annoncé la destruction du Temple avant qu’elle se produise. Or...c'est faux !

Il y a un autre fait : aucun écrit du Nouveau Testament ne fait référence à la guerre  juive de 66-73 ni à la destruction du Temple.

Au contraire, le culte du Temple est décrit par Saint Luc, dans son évangile comme dans les Actes des Apôtres comme une réalité vivante et toujours actuelle ! L’épître aux Hébreux, adressée tout spécialement aux prêtres du Temple n’a de sens que dans le cadre d’un exercice toujours effectif du culte ! La plupart des écrits du Nouveau testament ont été écrits avant le déclenchement de la guerre de 66 des Juifs contre les Romains.

En dépit des affirmations de nombre d’universitaires, la datation consensuelle des évangiles est erronée. D’ailleurs elle est fondée sur un consensus et pas sur une démonstration…

Deo gratias,

Catholique
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pourquoi 4 Evangiles?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pourquoi 4 Evangiles?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 8 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Ancien et Nouveau Testament-
Sauter vers: