EST UN FORUM DE DIALOGUE ISLAMO-CHRETIEN POUR LA FRATERNITE ET LA PAIX ENTRE LES DEUX COMMUNAUTES DE FOI SANS CONCESSIONS DOCTRINALES. (Lire Déclaration du Fondateur impérativement)
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion    
Soyez les bienvenues dans notre Forum














Partagez | 
 

 Mohamed (SAWS) EST-IL LE DERNIER DES PROPHETES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Stitten32
Membre


Religion : Islam
Sexe : Masculin Messages : 18

MessageSujet: Mohamed (SAWS) EST-IL LE DERNIER DES PROPHETES    Jeu 4 Fév - 15:00

Muhammad n'a jamais été le père de l'un de vos hommes, mais le messager d'Allah et le dernier des prophètes. Allah est Omniscient. (Sourate 33, verset 40)

Ce verset du Coran est clair, et sans équivoque, de ce fait Le Coran nous informe qu'après Muhammad (SAWS)  , il n'y aura plus de prophète !

Qu'est-ce qu'un prophète?
Ibn Taymiyya a dit: Le prophète est une personne informée par Allah, qui puise dans une source divine. Si,en plus, il est envoyé à ceux qui violent l'ordre d'Allah pour leur transmettre un message de ce dernier, il est alors appelé messager. Si,en revanche, il applique la loi de son prédécesseur et n'est envoyé à personne,il est alors un simple prophète.  (An-Noubouwwat p.255)

Ibn Taymiyya a dit: Ce qui est correct, c'est que le messager est celui qui a été envoyé à des gens mécréants, et le prophète est celui qui a été envoyé à des gens croyants à une loi apportée par un prophète antérieur, pour les instruire et les gouverner. C'est dans ce sens que le Très Haut a dit: Nous avons fait descendre la Thora dans laquelle il y a guide et lumière. C’est sur sa base que les prophètes qui se sont soumis à Allah, ainsi que les rabbins et les docteurs jugent les affaires des Juifs. (Sourate 5, verset 44).

D'après Abou Houreira , le Prophète (SAWS) a dit: « Mon exemple et celui des prophètes avant moi est comme celui d'un homme qui a construit une maison qu'il a parfaitement construit et embellie sauf l'espace d'une brique dans un coin. Alors les gens visitaient la maison, étonnaient de sa beauté et disaient: Pourquoi n'as-tu pas posé cette brique? Je suis cette brique et je suis le dernier des prophètes ».
(Rapporté par l'imam Boukhari dans son Sahih n°3535 et l'imam Mouslim dans son Sahih n°2286)

عن أبي هريرة عن النبي صلى الله عليه وسل قال: إن مثلي ومثل الأنبياء من قبلي ، كمثل رجل بنى بيتا ، فأحسنه وأجمله إلا موضع لبنة من زاوية ، فجعل الناس يطوفون به ، ويعجبون له ويقولون : هلا وضعت هذه اللبنة ؟ قال : فأنا اللبنة ، وأنا خاتم النبيين

3. D'après Sa'd Ibn Abi Waqas , le Prophète (SAWS)  a désigné comme responsable Ali Ibn Abi Talib (qu'Allah l'agrée) lors de la bataille de Tabouk. Alors Ali a dit: Ô Messager d'Allah! Tu me mets comme responsable pour les femmes et les enfants? Le Prophète  (SAWS) lui a dit: « N'es-tu pas satisfais d'être pour moi ce qu'était Haroun pour Moussa sauf qu'il n'y a pas de prophète après moi ».
(Rapporté par l'imam Boukhari dans son Sahih n°4416 et l'imam Mouslim dans son Sahih n°2404)

عن سعد بن أبي وقاص قال: خلف رسول الله صلى الله عليه وسلم علي بن أبي طالب ، في غزوة تبوك . فقال : يا رسول الله ! تخلفني في النساء والصبيان ؟ فقال : أما ترضى أن تكون مني بمنزلة هارون من موسى ؟ غير أنه لا نبي بعدي

4. D'après Joubayr Ibn Mout'im , le Prophète (SAWS) a dit: « Je suis Muhammad, je suis Ahmed, je suis Al Mahi celui par lequel la mécréance est effacée, je suis Al Hachir celui derrière lequel les gens seront rassemblés et je suis Al Aqib celui après qui il n'y a pas de prophète ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°2354)

عن جبير بن مطعم قال النبي صلى الله عليه و سلم: أنا محمد وأنا أحمد وأنا الماحي الذي يمحى بي الكفر وأنا الحاشر الذي يحشر الناس على عقبي وأنا العاقب . والعاقب الذي ليس بعده نبي

5. D'après Abou Houreira  le Prophète (SAWS) a dit: « Je suis certes le dernier des Prophètes et ma mosquée est certes la dernière des mosquées ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°1394)
Et dans une version rapportée par Al Bazar dans son Mousnad: « Ma mosquée est la dernière mosquée des prophètes ».

عن أبي هريرة، قال النبي صلى الله عليه و سلم: فإني آخر الأنبياء ، وإن مسجدي آخر المساجد

6. D'après Abou Houreira  le Prophète (SAWS)  a dit: « J'ai reçu six mérites par rapport aux autres prophètes: il m'a été donné les paroles concises ayant beaucoup de sens, j'ai été secouru par la peur, le butin m'a été permis, la terre m'a été donnée comme purification et lieux de prière, j'ai été envoyé à toute la création et c'est par moi que le nombre des prophètes s'est terminé ».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°523)

عن أبي هريرة قال النبي صلى الله عليه و سلم: فضلت على الأنبياء بست: أعطيت جوامع الكلم ونصرت بالرعب وأحلت لي الغنائم وجعلت لي الأرض مسجدا وطهورا وأرسلت إلى الخلق كافة وختم بي النبيون

7. D'après Thawban  le Prophète  (SAWS) a dit: « Certes il y aura dans cette communauté 30 menteurs, chacun d'entre eux prétendra être un prophète et je suis le dernier des prophètes, il n'y a pas de prophète après moi».
(Rapporté par Tirmidhi dans ses Sounan n°2219 qui l'a authentifié et il a été authentifié par Cheikh Albani dans sa correction de Sounan Tirmidhi)

عن ثوبان قال النبي صلى الله عليه و سلم: وإنه سيكون في أمتي ثلاثون كذابون كلهم يزعم : أنه نبي ، وأنا خاتم النبيين ، لا نبي بعدي

8. D'après Houdheyfa  le Prophète (SAWS)  a dit: « Il y a dans la communauté 27 menteurs dajjals, parmi eux quatre femmes et je suis certes le dernier prophète, il n'y a pas de prophète après moi ».
(Rapporté par Ahmed et authentifié par Cheikh Albani dans Silsila Sahiha n°1999, par Cheikh Shouayb Al Arnaout dans sa correction du mousnad Ahmed n°23358)

عن حذيفة، قال النبي صلى الله عليه و سلم: في أمتي كذابون ودجالون، سبعة و عشرون، منهم أربع نسوة، و إني خاتم النبيين، لانبي بعدي

9. D'après Abou Qoutayla le Prophète (SAWS) s'est levé au milieu des gens lors du pèlerinage d'adieux et a dit: « Il n'y a pas de prophète après moi et il n'y a pas de communauté après vous. Donc adorez votre Seigneur, accomplissez vos cinq prières, donnez votre zakat, jeûnez votre mois et obéissez à ceux qui vous gouvernent vous rentrerez dans le paradis de votre Seigneur ».
(Rapporté par Tabarani et authentifié par Cheikh Albani dans Silsila Sahiha n°3233)


عن أبي قتيلة: أن رسول الله صلى الله عليه و سلم قام في الناس في حجة الوداع فقال: إنه لا نبي بعدي و لا أمة بعدكم ، ألا فاعبدوا ربكم ، و صلوا خمسكم ، و صوموا شهركم ، و أدوا زكاة أموالكم ، طيبة بها أنفسكم ، و أطيعوا أمراءكم تدخلوا جنة ربكم

10. D'après Oqba Ibn Amir le Prophète  (SAWS) a dit: «Si il y avait eu un prophète après moi, il aurait été Omar Ibn Al Khattab ».
(Rapporté par Tirmidhi dans ses Sounan n°3686 qui l' authentifié et il a été également authentifié par Cheikh Albani dans sa correction de Sounan Tirmidhi)

عن عقبة بن عامر، قال النبي صلى الله عليه و سلم: لو كان نبي بعدي لكان عمر بن الخطاب

Cette croyance selon laquelle le Prophète (SAWS) est le dernier des Prophètes a également été rapportée des pieux prédécesseurs. Par exemple lorsqu' Omar Ibn Abdel Aziz (mort en 101) a été investi du califat durant l'année 99, il est monté sur le minbar et a dit:

« Ô vous les gens! Certes il n'y a pas de livre après le Coran et il n'y a pas de prophète après Muhammad (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui), certes je ne suis pas un destructeur mais un constructeur et certes je ne suis pas un innovateur mais un suiveur ».
(Al Bidaya Wa Nihaya de Ibn Kathir vol 12 p 692)

Le Prophète Muhammad (s.a.w) explique lui-même en quel sens il est le dernier des prophètes (Khataman-Nabiyyine)

Dans un hadith rapporté dans le recueil Sahih Muslim, il dit :

"إني آخر الأنبياء، وإن مسجدي آخر المساجد" (مسلم كتاب الحج، وسنن النسائي كتاب المساجد)

« Je suis le dernier des prophètes et ma mosquée est la dernière des mosquées ». (Muslim, Kitab-ul-Hajj et Sunan Nisai, Kitab Ul Masajid)

Est-ce que cela signifie qu’aucune autre mosquée ne sera bâtie en Islam après celle du Saint Prophète Muhammad (s.a.w) ? La mosquée du Saint Prophète Muhammad (s.a.w) est la dernière dans le sens que toutes celles qui seront bâties après elle auront les mêmes assisses, celles de la droiture et de l’équité, et qu’elles auront les mêmes objectifs.
Revenir en haut Aller en bas
http://dialogue-religion.forumalgerie.net
Catholique
Membre
avatar

Religion : Catholicisme
Sexe : Féminin Messages : 287

MessageSujet: Le dernier prophète est Saint Jean-Baptiste   Jeu 13 Avr - 14:59

Bonjour Stitten,

Non, Muhammad n’est pas le dernier prophète.

Le dernier prophète est Saint Jean-Baptiste, fils de Zacharie et Elisabeth.
Il est le dernier à avoir annoncé le Christ. Son ministère a été annoncé par le prophète Malachie : "Je vais vous envoyer le prophète Elie, avant que vienne le Jour du Seigneur, grand et redoutable. il ramènera le coeur des pères vers leurs enfants et le coeur des enfants vers leurs pères de peur que je ne vienne frapper ce pays d'interdit" (3, 23-24).

Voici la parole du prophète Jean-Baptiste, précurseur du Christ :

Jean 1, 29-34


« Le lendemain, il vit Jésus venir à lui et il dit : Voici l’Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde. C’est lui dont je disais : Après moi, vient un homme qui est passé devant moi parce qu’il existe avant moi. Je ne le connaissais pas mais si je suis venu baptiser dans l’eau, c’est pour qu’il fut manifesta à Israël. Jean avait fait cette déclaration : J’ai vu l’Esprit descendre du Ciel comme une colombe et se poser sur lui. Pour moi donc, je ne le connaissais pas mais Celui qui m’a donné la mission de baptiser dans l’eau m’avait dit : Celui sur qui tu verras l’Esprit descendre et se poser, c’est lui qui baptise dans l’Esprit-Saint. Je l’ai vu et j’atteste qu’il est le Fils de Dieu ».

Et voici la parole de Jésus-Christ sur Saint Jean-Baptiste :

Matthieu 17, 10-13

"Ensuite, les disciples posèrent [à Jésus] la question : Alors pourquoi les scribes disent-ils qu'Elie doit revenir d'abord ? Il répondit : Elie sans doute doit revenir et rétablir toutes choses. A vrai dire, toutefois, Elie est déjà revenu. Mais sans le reconnaître, les gens lui ont fait tout ce qu'ils ont voulu. Et c'est de la même manière qu'ils s'apprêtent à traiter le Fils de l'Homme. Alors, les disciples comprirent qu'il leur avait parlé de Jean-Baptiste".


La Révélation à proprement parler commence avec les patriarches. Elle a pour objet d’annoncer le salut que Dieu offre à tous les hommes par Jésus-Christ.

Les patriarches sont des ancêtres de Jésus-Christ et ils ont annoncé le Christ par les évènements qu’ils ont vécu au cours de leur vie et la relation à Dieu qu’ils ont entretenue. On parle de « figures » du Christ. Ils dépassent le cadre stricto sensu de la prophétie ou plutôt la prophétie englobe toutes les dimensions de leur vie (matérielle, familiale, sociale et spirituelle).

Il s’agit de : Noé, Abraham, Isaac, Jacob, Juda et Joseph. Leur histoire est racontée explicitement et complètement dans le livre de la Genèse qui est le récit de la fondation de la lignée messianique dont le Christ est né.

Ismaël sort définitivement mais difficilement de l’histoire de la fondation de la lignée messianique et aucun prophète ne sera issu de sa descendance, comme le dit le prophète Baruch (3, 23) :

« Même les fils d’Agar, à la recherche d’une prudence terrestre, les courtiers de Terran et de Téman, qui parlent en proverbes et cherchent la prudence, n’ont pas pu reconnaître le chemin de la sagesse, ni retrouver sa piste »

La responsabilité de la prophétie véritable va être confiée exclusivement aux descendants de Jacob (qui est également appelé Israël) :

Il a révélé sa parole à Jacob
Ses lois et ses décrets à Israël
Il n’a fait ainsi pour aucun autre peuple
Et ne leur a pas manifesté ses commandements


Psaume 147, 8-9

Parmi les annonciateurs du Christ, en figure ou en prophétie, il faut compter plusieurs grands personnages :


* David qui a prophétisé la Passion du Christ dans les psaumes 21, 69 entre autres,

* Le roi Salomon réputé pour sa sagesse et sa justice

* et une figure mystérieuse, Melchisédek :

Quand Loth est capturé avec sa famille et ses biens. Abram se porte au secours de son neveu et le libère. Si Abram refuse les présents des rois de Sodome et Gomorrhe, sa victoire est l’occasion de la rencontre mystérieuse et prophétique avec le prêtre du Dieu Très Haut, Melchisédek (dont le nom signifie « roi de justice »), roi de (Jéru)Salem (Gn 14, 17-18 ; Hébreux  7, 11).  Figure unique et inhabituelle, il est à la fois prêtre et roi, fonctions qui ont toujours été séparées et qui le seront jusqu’à l’avènement du Christ, roi et grand-prêtre véritable. L’Ecriture le mentionne comme le représentant d’un sacerdoce distinct de celui d’Aaron (Ps 110, 4) qui annonce celui du Christ (Hébreux 7). L’offrande de pain et de vin, inhabituelle dans un contexte religieux où le  sacrifice animal était répandu, annonce l’institution de l’eucharistie par le Christ (Mt 26, 17-29, Mc 14, 12-25 et Luc 22, 7-23). En lui donnant la dîme de tout, Abram reconnaît déjà que les droits sacerdotaux de Melchisédek sont supérieurs à ceux de son futur descendant Aaron.

Viennent ensuite les « prophètes d’action » : ils n’ont pas laissé d’écrits mais leur ministère est raconté de façon détaillé dans les 2 livres de Samuel et les 2 livres des Rois : il s’agit des prophètes Samuel, Elie, Elisée, Gad et Nathan.


Les prophètes Samuel, Elie et Elisée vont former des confréries religieuses de prophètes. Elles sont mentionnées en 1 Sam 10, 5-6, 10-13.
En 1 Rois 18, 4 & 13, Abdias, intendant d’Achab cache 100 fils (disciples) de prophètes dont Elie était le chef de file. Au moment de l’enlèvement d’Elie nous les retrouvons à Béthel et Jéricho et ils annoncent à Elisée la disparition de son maître. 50 de ceux qui habitaient Jéricho furent témoins de l’enlèvement d’Elie et ils reconnurent Elisée comme leur maître (2 Rois 2, 3-7, 15-18). Les fils des prophètes vivaient en communauté à Galgala, Jéricho, Béthel et sur les bords du Jourdain.
Amos au début de son ministère précise qu’il est un simple berger et non un fils de prophète (7, 14) ce qui tend à prouver que ces confréries existaient encore à son époque.


Voici la liste des prophètes qui ont laissé un recueil de leurs prophéties, on les appelle « prophètes écrivains » avec les dates :

ABDIAS 865 avant Jésus-Christ
JÖEL 837-801 avant Jésus-Christ
JONAS sous Jéroboam II
AMOS 804-779 avant Jésus-Christ
OSEE 789-706 avant Jésus-Christ
ISAÏE 758-712 avant Jésus-Christ
MICHEE contemporain d’Isaïe
NAHUM 663-608 avant Jésus-Christ
SOPHONIE 665 avant Jésus-Christ
HABACUC 645-630 avant Jésus-Christ
JEREMIE 639-586 avant Jésus-Christ
BARUCH 583 avant Jésus-Christ
EZECHIEL 592-570 avant Jésus-Christ
DANIEL 538 avant Jésus-Christ
AGGEE 520-516 avant Jésus-Christ
ZACHARIE 520 avant Jésus-Christ
MALACHIE après la 32ème année du roi Atarxerxès Longuemain. Contemporain d’Esdras et de Néhémie.

Sir 49, 10-12 (à propos d’Ezéchiel)


Ezéchiel contempla cette vision de gloire que le Seigneur lui montra : le char des chérubins. Il détermina par une averse le sort des ennemis, comme la réussite de ceux qui marchent dans le droit chemin. Quant aux douze prophètes, que leurs os refleurissent dans leurs tombeaux, car ils ont rendu la santé à Jacob et ils se sont rachetés par une foi courageuse.


Enfin, dans la proximité immédiate avec le Christ, nous rencontrons plusieurs prophètes et 2 prophétesses, dès le début de l’Evangile :
Zacharie et Elisabeth, les parents de Saint Jean-Baptiste mais aussi Anne et Syméon qui vont prophétiser à propos du Christ (Luc 1, 1 – 2, 40)

La Résurrection du Christ  est le but de la Révélation et elle a mis un terme à la prophétie.

C'est pourquoi le Christ nous met en garde aussi contre ceux qui viendront après Lui, se réclameront de Lui pour prétendre au titre de prophète. L’Apôtre Saint Jean dans ses lettres mettra en garde également les chrétiens et donne la clé pour reconnaître un véritable inspiré d'un imposteur : dire la vérité au sujet du Christ, mort et ressuscité.

Mt 24, 24 : « [Jésus dit :] il s’élèvera de faux christs et de faux prophètes ; ils feront de grands miracles et des prodiges au point d’égarer, s’il était possible, les élus eux-mêmes. Vous voilà prévenus. »


1 Jean 4, 1 :

« Bien-aimés, ne vous fiez pas à tout esprit, mais éprouvez les esprits, pour voir s’ils sont de Dieu, car beaucoup de faux prophètes se sont montrés dans le monde. A ceci vous reconnaîtrez l’Esprit de Dieu ; tout esprit qui proclame Jésus Christ incarné est de Dieu ; tout esprit qui ne proclame pas Jésus, n’est point de Dieu mais est l’esprit de l’Antichrist »


Stitten32 a écrit:

6. D'après Abou Houreira  le Prophète (SAWS)  a dit: « J'ai reçu six mérites par rapport aux autres prophètes(…) le butin m'a été permis».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°523)

Cela seul suffit à disqualifier définitivement Muhammad. Aucun prophète n’a jamais été ni un voleur ni un agresseur et Dieu ne leur a jamais donné la permission de porter atteinte au bien d'autrui. Les vrais prophètes ne considéraient pas leurs prédécesseurs comme ayant démérité.

Comme je l'ai dit dans un autre fil, les 23 années de prédication de Muhammad ne pèsent pas lourd face à une tradition prophétique authentique de plusieurs siècles. Le contenu de sa prédication, dans le Coran et visiblement dans la Sunna est tellement étranger à la prophétie authentique qu'on ne saurait lui accorder aucun crédit, à moins de considérer Saint Jean-Baptiste, tous les prophètes et Jésus-Christ Lui-même comme des menteurs.

Hébreux 12, 1-3:

Eh bien! donc, environnés que nous sommes d'une telle nuée de témoins (les prophètes et les apôtres), débarrassons-nous des entraves du péché, armons-nous de patience et courons au combat qui nous est proposé,   le regard fixé sur qui donne à notre foi son début et son achèvement, Jésus. À la place de la joie qui lui était offerte, bravant la honte, il supporta la croix, et il siège désormais à la droite du trône de Dieu. Pensez à celui qui eut à supporter une telle contradiction de la part des pécheurs, et vous ne vous laisserez point aller au découragement.

Deo gratias !

Catholique


Dernière édition par Catholique le Dim 16 Avr - 14:41, édité 4 fois (Raison : Mise en page + ajout d'un témoignage sur les prophètes)
Revenir en haut Aller en bas
Averroes
Magistrat Inter-religieux
Magistrat Inter-religieux
avatar

Religion : Musulman
Sexe : Masculin Messages : 1544

MessageSujet: Re: Mohamed (SAWS) EST-IL LE DERNIER DES PROPHETES    Dim 16 Avr - 19:49


Bonsoir Catholique,,

Catholique a écrit:
Bonjour Stitten,

Non, Muhammad n’est pas le dernier prophète.

Le dernier prophète est Saint Jean-Baptiste, fils de Zacharie et Elisabeth.
Il est le dernier à avoir annoncé le Christ. Son ministère a été annoncé par le prophète Malachie : "Je vais vous envoyer le prophète Elie, avant que vienne le Jour du Seigneur, grand et redoutable. il ramènera le coeur des pères vers leurs enfants et le coeur des enfants vers leurs pères de peur que je ne vienne frapper ce pays d'interdit" (3, 23-24).

Deo gratias !

Catholique

Non, jean-Baptiste SAL SAL est le dernier prophète de l'ancien testament mais pas du nouveau testament ; en effet dans le nouveau testament Jésus SAL annonce clairement la venue d'un autre prophète après lui et qui est le Paraclet :

7 Cependant, je vous dis la vérité,il vaut mieux pour vous que je m'en aille. En effet, si je ne m'en vais pas, le défenseur ne viendra pas vers vous; mais, si je m'en vais, je vous l'enverrai 8 et, quand il sera venu, il convaincra le monde en ce qui concerne le péché, la justice et le jugement: 9 en ce qui concerne le péché, parce qu'ils ne croient pas en moi".

Et nous disons que la parclet n'est autre que notre prophète Mohamed PDLS

pee

Revenir en haut Aller en bas
http://causeries-islamo-chr.forumsmaroc.com
Catholique
Membre
avatar

Religion : Catholicisme
Sexe : Féminin Messages : 287

MessageSujet: Qui est le Paraclet   Lun 17 Avr - 6:19

Averroes a écrit:

Bonsoir Catholique,,
en effet dans le nouveau testament Jésus SAL annonce clairement la venue d'un autre prophète après lui et qui est le Paraclet :

7 Cependant, je vous dis la vérité,il vaut mieux pour vous que je m'en aille. En effet, si je ne m'en vais pas, le défenseur ne viendra pas vers vous; mais, si je m'en vais, je vous l'enverrai 8 et, quand il sera venu, il convaincra le monde en ce qui concerne le péché, la justice et le jugement: 9 en ce qui concerne le péché, parce qu'ils ne croient pas en moi".

Et nous disons que la parclet n'est autre que notre prophète Mohamed PDLS

pee


Bonjour Averroes,

Qu'est-ce qui vous permet d'affirmer que Muhammad est le Paraclet ?
Sur quels critères fondez-vous votre interprétation de cette parole de Jésus-Christ que vous citez ?
Croyez-vous à la parole de Jésus ?



Catholique


Dernière édition par Catholique le Lun 17 Avr - 7:25, édité 1 fois (Raison : Ajout d'une question)
Revenir en haut Aller en bas
Averroes
Magistrat Inter-religieux
Magistrat Inter-religieux
avatar

Religion : Musulman
Sexe : Masculin Messages : 1544

MessageSujet: Re: Mohamed (SAWS) EST-IL LE DERNIER DES PROPHETES    Lun 17 Avr - 18:58


Bonsoir Catholique,

Catholique a écrit:
Averroes a écrit:

Bonsoir Catholique,,
en effet dans le nouveau testament Jésus SAL annonce clairement la venue d'un autre prophète après lui et qui est le Paraclet :

7 Cependant, je vous dis la vérité,il vaut mieux pour vous que je m'en aille. En effet, si je ne m'en vais pas, le défenseur ne viendra pas vers vous; mais, si je m'en vais, je vous l'enverrai 8 et, quand il sera venu, il convaincra le monde en ce qui concerne le péché, la justice et le jugement: 9 en ce qui concerne le péché, parce qu'ils ne croient pas en moi".

Et nous disons que la parclet n'est autre que notre prophète Mohamed PDLS

pee


Bonjour Averroes,

Qu'est-ce qui vous permet d'affirmer que Muhammad est le Paraclet ?
Sur quels critères fondez-vous votre interprétation de cette parole de Jésus-Christ que vous citez ?
Croyez-vous à la parole de Jésus ?


Catholique

Oui, je crois à la parole de Jésus SAL...Tant que je sens que ce que je suis en train de lire sont bien des paroles de Jésus SAL et pas des paroles de faussaires..

Ce qui me permet d'affirmer que Mohamed PDLS est bien le Paraclet c'est la description que Jésus SAL me donne de lui :

16.13 Quand le consolateur sera venu, l'Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu'il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir.

Un seul prophète est venu après Jésus Christ
a-qui fût connu par sa droiture (Assadiqo al amine),
b-qui a apporté beaucoup de clarifications sur beaucoup de questions obscures comme la crucifixion par exemple,
c-qui ne faisait que répéter le message céleste sans aucune déformation de sa part ou reformulation,
d-à qui l'ange gabrielle lui dicter son message céleste à transmettre,
e-et qui a prophétisé en son temps et qui a prophétiser pour notre temps et les temps à venir, et au moment précis de chaque prophétie, celle-ci se réalise en toute clarté,

Ce prophète c'est Mohamed PDLS et personne d'autres !


Revenir en haut Aller en bas
http://causeries-islamo-chr.forumsmaroc.com
Catholique
Membre
avatar

Religion : Catholicisme
Sexe : Féminin Messages : 287

MessageSujet: Paraclet et pneuma   Lun 17 Avr - 19:35

Bonsoir Averroès,

Voici le verset que vous citez dans l'original grec :

Ὅταν δὲ ἔλθῃ ἐκεῖνος, τὸ πνεῦμα τῆς ἀληθείας, ὁδηγήσει ὑμᾶς εἰς πᾶσαν τὴν ἀλήθειαν: οὐ γὰρ λαλήσει ἀφ’ ἑαυτοῦ, ἀλλ’ ὅσα ἂν ἀκούσῃ λαλήσει, καὶ τὰ ἐρχόμενα ἀναγγελεῖ ὑμῖν.

Le mot "parakletos" (παράκλητος) qui est traduit par "consolateur" n'apparaît pas dans le verset. Il est désigné par ἐκεῖνος qui veut dire "celui-là". Ce "celui-là" renvoie toutefois au Paraclet dont il est question plus haut dans le texte.

L'Esprit de vérité se dit "to pneuma tès aletheias" (τὸ πνεῦμα τῆς ἀληθείας). Le mot "pneuma" est suffisamment connu et utilisé dans la langue française : il traduit aussi bien le mot "souffle" que le mot "esprit". Il traduit le mot hébreu "ruah" ("ruah ha kodesh" : Esprit saint)

Le Paraclet est appelé « Esprit saint » (« Pneuma agion » » τὸ πνεῦμα τὸ ἅγιον ») en Jean 14, 26 et « Esprit de vérité » (« to pneuma tès aletheias » « τὸ πνεῦμα τῆς ἀληθείας ») en Jn 14, 16.

Ce « pneuma agion » est l’Esprit de Dieu : πνεῦμα θεοῦ (pneuma Theou)

Genèse 1, 2 :

ἡ δὲ γῆ ἦν ἀόρατος καὶ ἀκατασκεύαστος, καὶ σκότος ἐπάνω τῆς ἀβύσσου, καὶ πνεῦμα θεοῦ ἐπεφέρετο ἐπάνω τοῦ ὕδατος.

La terre était informe et vide, les ténèbres couvraient l’abîme et l' Esprit de Dieu planait sur les eaux.


Le Paraclet est Esprit, il n'a pas de corps ni de chair.


Jésus-Christ nous précise quel sera le mode d’agir de l’Esprit Saint, le Paraclet :

- enseigner toute vérité et rappeler la parole de Jésus aux apôtres (Jn 14, 26)
- rendre témoignage à Jésus-Christ (Jn 15, 26)
- continuer l’œuvre du Christ auprès des apôtres et convaincre le monde de péché, de justice et de jugement. C’est-à-dire rappeler l’œuvre salvatrice opérée par la mort et la résurrection du Christ qui est à la fois le jugement de Dieu sur le péché du monde et son œuvre de justice pour le réduire à néant (Jn 16, 7-11).

C’est dans le livre des Actes des Apôtres que l’œuvre du Paraclet dans la jeune Eglise est la plus manifeste, ce qui explique que le mot « parakaleo » y apparaisse 21 fois. L’action de l’Esprit y est décrite telle que Jésus lui-même l’a fait : les apôtres vont annoncer l’Evangile aux juifs d’abord puis à tous les hommes sans distinction, sous la motion de l’Esprit Saint qui va peu à peu leur faire comprendre l’universalité de l’Evangile (notamment voir Actes 15, 1-35).

Muhammad ne peut être le Paraclet : d'abord parce qu'il fut un être de chair et de sang et pas un être immatériel et ensuite parce que sa prédication n'a pas rendu témoignage à Jésus, ni dit le vrai à propos de Lui. Au contraire, il a nié toute la parole de Jésus.

Le Paraclet est l’Esprit Saint ("pneuma agion"), c’est-à-dire la 3ème personne de la Trinité Sainte. Mais désigné sous son mode d’action : consoler, défendre, intercéder, interpréter. L’Esprit Saint est l’inspirateur et l’interprète de l’Ecriture : comme nous le disons dans le credo du Concile de Nicée « Il a parlé par les prophètes ».

Esprit, il est sans chair ni corps mais il se fait langage (et souffle) pour dire la vérité à propos de Dieu et annoncer le Christ.

L’Esprit Saint a consolé les juifs exilés à Babylone par la bouche du prophète Ezéchiel. Puis il a consolé les apôtres attristés d’être privés de la présence du Christ et leur a donné la force de prendre la parole pour rendre à Jésus-Christ mort et ressuscité.

Vous dites croire à la parole de Jésus mais quand il annonce Lui-même sa mort et sa résurrection, le croyez-vous ?
Jésus annonce sa mort et sa résurrection:
 

Bonne soirée !

Catholique
Revenir en haut Aller en bas
Averroes
Magistrat Inter-religieux
Magistrat Inter-religieux
avatar

Religion : Musulman
Sexe : Masculin Messages : 1544

MessageSujet: Re: Mohamed (SAWS) EST-IL LE DERNIER DES PROPHETES    Lun 17 Avr - 19:47

Bonsoir Catholique,

Catholique a écrit:
Bonjour

Ismaël sort définitivement mais difficilement de l’histoire de la fondation de la lignée messianique et aucun prophète ne sera issu de sa descendance, comme le dit le prophète Baruch (3, 23) :

« Même les fils d’Agar, à la recherche d’une prudence terrestre, les courtiers de Terran et de Téman, qui parlent en proverbes et cherchent la prudence, n’ont pas pu reconnaître le chemin de la sagesse, ni retrouver sa piste »


Deo gratias !

Catholique

Voila un exemple des paroles des faussaires juifs ou chrétiens !

"Ismaël sort définitivement mais difficilement de l’histoire de la fondation de la lignée messianique"

un vrai tour de passe-passe!
tu vois cette pièce ? Je vais te la faire disparaître en une seconde, hoppe! elle n'est plus là! J'ai réussi, hourra!!! Dis donc toi, tu es un vrai rabat-joie! Pourquoi tu te concentre sur le petit bout de la pièce qui dépasse mes deux doigt ? Holalala!hhhhhhhhhhhh!

Trêve de plaisanterie,

Là où vous ne n'y voyez que l'annonce de l'écartement définitif des fils d’Ismaël de la lignée prophétique, nous y voyons pour notre part nous les musulmans ou plus au moins moi, l'annonce de la future concurrence des fils d'Israel sur le leadership prophétique par les fils d’Ismaël !

Ba 3,10. D'où vient, Israël, que tu es dans le pays de tes ennemis,
Ba 3,11. que tu as vieilli sur une terre étrangère, que tu t'es souillé avec les morts, et que tu as été compté parmi ceux qui descendent dans le séjour des morts?
Ba 3,12. C'est que tu as abandonné la source de la sagesse.
Ba 3,13. Car si tu avais marché dans la voix de Dieu, tu aurais certainement habité dans une paix éternelle.
Ba 3,14. Apprends où est la prudence, où est la force, où est l'intelligence, afin que tu saches en même temps où est la longueur de la vie et la vraie nourriture, où est la lumière des yeux et la paix.
Ba 3,15. Qui a trouvé le lieu où elle réside? et qui est entré dans ses trésors?
Ba 3,16. Où sont les princes des nations, qui dominent sur les bêtes de la terre,
Ba 3,17. et qui se jouent des oiseaux du ciel,
Ba 3,18. qui thésaurisent l'argent et l'or, auxquels les hommes se confient, et qui tâchent d'acquérir sans fin, qui fabriquent l'argent, et qui sont inquiets, et dont les travaux sont innombrables?
Ba 3,19. Ils sont morts, et ils sont descendus dans les enfers, et d'autres se sont levés à leur place.
Ba 3,20. Des jeunes gens ont vu la lumière et ont habité sur la terre; mais ils ont ignoré la voie de la sagesse,
Ba 3,21. et ils n'ont pas compris ses sentiers; leurs enfants non plus ne l'ont pas reçue, elle s'est tenue loin d'eux.
Ba 3,22. On n'a pas entendu parler d'elle dans la terre de Chanaan, et elle n'a pas été vue dans Théman.
Ba 3,23. Les fils d'Agar, qui recherchent la prudence qui est de la terre, les marchands de Merrha et de Théman, les fabulistes, et les chercheurs de prudence et d'intelligence, n'ont pas connu non plus la voie de la sagesse, et ne se sont pas souvenus de ses sentiers.

le prophète Baruch ici incite les juifs à Apprends où est la prudence, où est la force, où est l'intelligence en retournons à la source de la sagesse c'est-à- dire Dieu Qu'Il soit glorifié tant qu'il est à leur côtés, car d'autres en l’occurrence les fils d’Ismaël et les chercheurs de sagesse ont déjà acquis cette sagesse en ne comptant que sur eux-même non pas qu'ils rechignent à puiser cette sagesse de la source céleste et non de terre mais parce qu'ils ne se souviennent plus de sa voie...Et quand l'homme chère Catholique cherche désespéramment Dieu Qu'Il soit glorifié, Il lui répond assurément...

Ma logique est loin de votre "sortie définitive de la lignée messianique" chère Catholique, n'est-ce pas ?










Revenir en haut Aller en bas
http://causeries-islamo-chr.forumsmaroc.com
fleurdislam
Membre
avatar

Religion : Islam
Sexe : Féminin Messages : 73

MessageSujet: Re: Mohamed (SAWS) EST-IL LE DERNIER DES PROPHETES    Lun 17 Avr - 19:56

Citation :
Parmi les annonciateurs du Christ, en figure ou en prophétie, il faut compter plusieurs grands personnages :


* David qui a prophétisé la Passion du Christ dans les psaumes 21, 69 entre autres,

* Le roi Salomon réputé pour sa sagesse et sa justice

* et une figure mystérieuse, Melchisédek :
Qui était Melchisédek?

Citation :
Stitten32 a écrit:

6. D'après Abou Houreira  le Prophète (SAWS)  a dit: « J'ai reçu six mérites par rapport aux autres prophètes(…) le butin m'a été permis».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°523)

Cela seul suffit à disqualifier définitivement Muhammad. Aucun prophète n’a jamais été ni un voleur ni un agresseur et Dieu ne leur a jamais donné la permission de porter atteinte au bien d'autrui. Les vrais prophètes ne considéraient pas leurs prédécesseurs comme ayant démérité.
Pourquoi la Bible dit le contraire?

Citation :
Comme je l'ai dit dans un autre fil, les 23 années de prédication de Muhammad ne pèsent pas lourd face à une tradition prophétique authentique de plusieurs siècles. Le contenu de sa prédication, dans le Coran et visiblement dans la Sunna est tellement étranger à la prophétie authentique qu'on ne saurait lui accorder aucun crédit, à moins de considérer Saint Jean-Baptiste, tous les prophètes et Jésus-Christ Lui-même comme des menteurs.
1Jean 4, 1-3

Bien-aimés, n'ajoutez pas foi à tout esprit ; mais éprouvez les esprits, pour savoir s'ils sont de Dieu, car plusieurs faux prophètes sont venus dans le monde.

Reconnaissez à ceci l'Esprit de Dieu : tout esprit qui confesse Jésus Christ venu en chair est de Dieu ;

et tout esprit qui ne confesse pas Jésus n'est pas de Dieu, c'est celui de l'antéchrist, dont vous avez appris la venue, et qui maintenant est déjà dans le monde.


1Jean 2, 22

Qui est menteur, sinon celui qui nie que Jésus est le Christ ? Celui-là est l'antéchrist, qui nie le Père et le Fils.

Un vrai prophète est celui qui confesse Jésus venu en chair est le Christ venant de Dieu, à la lumière de ce critère, il saute aux yeux en effet que notre bien aimé prophète Mohamed PDLS, qui confesse que Jésus est le Christ venant de Dieu, est bien le Paraclet annoncé.

Il est étonnant que Jésus demande aux apôtres de reconnaître l'Esprit de Dieu, si comme tu dis Jean-Baptiste était le dernier prophète, à quoi ça servirai d'éprouver les esprits  ?

Citation :
Hébreux 12, 1-3:

Eh bien! donc, environnés que nous sommes d'une telle nuée de témoins (les prophètes et les apôtres), débarrassons-nous des entraves du péché, armons-nous de patience et courons au combat qui nous est proposé,   le regard fixé sur qui donne à notre foi son début et son achèvement, Jésus. À la place de la joie qui lui était offerte, bravant la honte, il supporta la croix, et il siège désormais à la droite du trône de Dieu. Pensez à celui qui eut à supporter une telle contradiction de la part des pécheurs, et vous ne vous laisserez point aller au découragement.
Et  ?
Revenir en haut Aller en bas
Averroes
Magistrat Inter-religieux
Magistrat Inter-religieux
avatar

Religion : Musulman
Sexe : Masculin Messages : 1544

MessageSujet: Re: Mohamed (SAWS) EST-IL LE DERNIER DES PROPHETES    Lun 17 Avr - 20:32



Bonsoir Catholique,


Catholique a écrit:
Bonsoir Averroès,

Voici le verset que vous citez dans l'original grec :

Ὅταν δὲ ἔλθῃ ἐκεῖνος, τὸ πνεῦμα τῆς ἀληθείας, ὁδηγήσει ὑμᾶς εἰς πᾶσαν τὴν ἀλήθειαν: οὐ γὰρ λαλήσει ἀφ’ ἑαυτοῦ, ἀλλ’ ὅσα ἂν ἀκούσῃ λαλήσει, καὶ τὰ ἐρχόμενα ἀναγγελεῖ ὑμῖν.

Le mot "parakletos" (παράκλητος) qui est traduit par "consolateur" n'apparaît pas dans le verset. Il est désigné par ἐκεῖνος qui veut dire "celui-là". Ce "celui-là" renvoie toutefois au Paraclet dont il est question plus haut dans le texte.

L'Esprit de vérité se dit "to pneuma tès aletheias" (τὸ πνεῦμα τῆς ἀληθείας). Le mot "pneuma" est suffisamment connu et utilisé dans la langue française : il traduit aussi bien le mot "souffle" que le mot "esprit". Il traduit le mot hébreu "ruah" ("ruah ha kodesh" : Esprit saint)

Le Paraclet est appelé « Esprit saint » (« Pneuma agion » » τὸ πνεῦμα τὸ ἅγιον ») en Jean 14, 26 et « Esprit de vérité » (« to pneuma tès aletheias » « τὸ πνεῦμα τῆς ἀληθείας ») en Jn 14, 16.

Ce « pneuma agion » est l’Esprit de Dieu : πνεῦμα θεοῦ (pneuma Theou)

Genèse 1, 2 :

ἡ δὲ γῆ ἦν ἀόρατος καὶ ἀκατασκεύαστος, καὶ σκότος ἐπάνω τῆς ἀβύσσου, καὶ πνεῦμα θεοῦ ἐπεφέρετο ἐπάνω τοῦ ὕδατος.

La terre était informe et vide, les ténèbres couvraient l’abîme et l' Esprit de Dieu planait sur les eaux.


Le Paraclet est Esprit, il n'a pas de corps ni de chair.


Jésus-Christ nous précise quel sera le mode d’agir de l’Esprit Saint, le Paraclet :

- enseigner toute vérité et rappeler la parole de Jésus aux apôtres (Jn 14, 26)
- rendre témoignage à Jésus-Christ (Jn 15, 26)
- continuer l’œuvre du Christ auprès des apôtres et convaincre le monde de péché, de justice et de jugement. C’est-à-dire rappeler l’œuvre salvatrice opérée par la mort et la résurrection du Christ qui est à la fois le jugement de Dieu sur le péché du monde et son œuvre de justice pour le réduire à néant (Jn 16, 7-11).

C’est dans le livre des Actes des Apôtres que l’œuvre du Paraclet dans la jeune Eglise est la plus manifeste, ce qui explique que le mot « parakaleo » y apparaisse 21 fois. L’action de l’Esprit y est décrite telle que Jésus lui-même l’a fait : les apôtres vont annoncer l’Evangile aux juifs d’abord puis à tous les hommes sans distinction, sous la motion de l’Esprit Saint qui va peu à peu leur faire comprendre l’universalité de l’Evangile (notamment voir Actes 15, 1-35).

Muhammad ne peut être le Paraclet : d'abord parce qu'il fut un être de chair et de sang et pas un être immatériel et ensuite parce que sa prédication n'a pas rendu témoignage à Jésus, ni dit le vrai à propos de Lui. Au contraire, il a nié toute la parole de Jésus.

Le Paraclet est l’Esprit Saint ("pneuma agion"), c’est-à-dire la 3ème personne de la Trinité Sainte. Mais désigné sous son mode d’action : consoler, défendre, intercéder, interpréter. L’Esprit Saint est l’inspirateur et l’interprète de l’Ecriture : comme nous le disons dans le credo du Concile de Nicée « Il a parlé par les prophètes ».

Esprit, il est sans chair ni corps mais il se fait langage (et souffle) pour dire la vérité à propos de Dieu et annoncer le Christ.

L’Esprit Saint a consolé les juifs exilés à Babylone par la bouche du prophète Ezéchiel. Puis il a consolé les apôtres attristés d’être privés de la présence du Christ et leur a donné la force de prendre la parole pour rendre à Jésus-Christ mort et ressuscité.

Vous dites croire à la parole de Jésus mais quand il annonce Lui-même sa mort et sa résurrection, le croyez-vous ?
Jésus annonce sa mort et sa résurrection:
 

Bonne soirée !

Catholique

Ah, voici enfin ces fameux autres tours de passe-passe !

L'esprit de vérité dont parle Jésus pour désigner la paraclet :


est-il chair? Est-il Esprit ?
Réponds-moi, je t'en prie !
Et comment ce "pneuma"
peut-il se rire de son trépas!


Je répond au premier couplet,

Désolé, l'esprit que tu présente dans tes verset n'est pas le même que celui que je présente dans mes verset ; l'esprit de tes versets est bien le Saint-Esprit de Dieu c'est à dire cette force que Dieu transmet aux apôtres afin de communiquer à travers eux Son message céleste comme dans l'exemple que tu présente toi-même :

"14.16 -Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu'il demeure éternellement avec vous,
14.17- l'Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu'il ne le voit point et ne le connaît point; mais vous, vous le connaissez, car il demeure avec vous, et il sera en vous.


le verset que je te présente moi par contre montre clairement que le consolateur parlera lui-même aux gens du monde et les convaincra lui-même,c'est pas la même chose ma chère !


7 Cependant, je vous dis la vérité,il vaut mieux pour vous que je m'en aille. En effet, si je ne m'en vais pas, le défenseur ne viendra pas vers vous; mais, si je m'en vais, je vous l'enverrai 8 et, quand il sera venu, il convaincra le monde en ce qui concerne le péché, la justice et le jugement: 9 en ce qui concerne le péché, parce qu'ils ne croient pas en moi;10 la justice, parce que je vais auprès de mon Père et que vous ne me verrez plus;
"

Regarde ce que j'ai colorié,ce verset confirme au contraire que j'ai parfaitement raison,ici il s'agit du consolateur indépendant encore une nouvelle fois des apôtres ,un humain qui va s'adresser à d'autres humain contrairement à l'esprit saint dont tu parle il fait corps avec les apôtre comme dans l'exemple suivant :

(Actes, II, 1-4)

Le jour de la Pentecôte étant arrivé, ils se trouvaient tous ensemble dans un même lieu, quand, tout à coup, vint du ciel un bruit tel que celui d'un violent coup de vent, qui remplit toute la maison où ils se tenaient.

Ils virent apparaître des langues qu'on eût dites de feu; elles se partageaient, et il s'en posa une sur chacun d'eux. Tous furent alors remplis de l'Esprit Saint et commencèrent à parler en d'autres langues, selon que l'Esprit leur donnait de s'exprimer.

Les apôtres ne sont qu'un outil de transmission du message de l 'Esprit-saint ici font corps avec lui, alors que le consolateur lui-par contre est un être indépendant qui n'a pas besoin des corps des autres personnes humaines et qui enseigne la vérité aux gens comme dans les versets que tu cite toi-même :

16.13 Quand le consolateur sera venu, l'Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu'il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir.

15.26 Quand sera venu le consolateur, que je vous enverrai de la part du Père, l'Esprit de vérité, qui vient du Père, il rendra témoignage de moi;

Remarque ce qu'il leur dit ensuite dans le même verset :

15.27et vous aussi, vous rendrez témoignage, parce que vous êtes avec moi dès le commencement

Donc il y a une séparation claire et nette entre le consolateur et les apôtres,séparation inconcevable entre le saint-esprit de la Pentecôte et les apôtres  et qui rendront tous les deux  sur le Christ leur témoignage un et indivisible



Dernière édition par Averroes le Mar 18 Avr - 8:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://causeries-islamo-chr.forumsmaroc.com
Averroes
Magistrat Inter-religieux
Magistrat Inter-religieux
avatar

Religion : Musulman
Sexe : Masculin Messages : 1544

MessageSujet: Re: Mohamed (SAWS) EST-IL LE DERNIER DES PROPHETES    Lun 17 Avr - 21:50


Bonsoir Catholique,

Catholique a écrit:
Bonjour Stitten,

Stitten32 a écrit:

6. D'après Abou Houreira  le Prophète (SAWS)  a dit: « J'ai reçu six mérites par rapport aux autres prophètes(…) le butin m'a été permis».
(Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°523)

Cela seul suffit à disqualifier définitivement Muhammad. Aucun prophète n’a jamais été ni un voleur ni un agresseur et Dieu ne leur a jamais donné la permission de porter atteinte au bien d'autrui. Les vrais prophètes ne considéraient pas leurs prédécesseurs comme ayant démérité.


Deo gratias !

Catholique


Très, très beau travail de découpage de citation !

Ah bon ? Je vais employé tes propres mots : aucun de tes prophètes n’a jamais été ni un voleur ni un agresseur et Dieu ne leur a jamais donné la permission de porter atteinte au bien d'autrui ?

Tu es si sûre que cela ?

Le livre des nombres

Chapitre 31
1/ L'Éternel parla à Moïse, et dit :
2/ Venge les enfants d'Israël sur les Madianites ; tu seras ensuite recueilli auprès de ton peuple.
3/ Moïse parla au peuple, et dit : Équipez d'entre vous des hommes pour l'armée, et qu'ils marchent contre Madian, afin d'exécuter la vengeance de l'Éternel sur Madian.
4/ Vous enverrez à l'armée mille hommes par tribu, de toutes les tribus d'Israël.
5/ On leva d'entre les milliers d'Israël mille hommes par tribu, soit douze mille hommes équipés pour l'armée.
6/ Moïse envoya à l'armée ces mille hommes par tribu, et avec eux le fils du sacrificateur Éléazar, Phinées, qui portait les instruments sacrés et les trompettes retentissantes.
7/ Ils s'avancèrent contre Madian, selon l'ordre que l'Éternel avait donné à Moïse ; et ils tuèrent tous les mâles. (Terrible, terrible!)
8/ Ils tuèrent les rois de Madian avec tous les autres, Évi, Rékem, Tsur, Hur et Réba, cinq rois de Madian ; ils tuèrent aussi par l'épée Balaam, fils de Beor.
9/ Les enfants d'Israël firent prisonnières les femmes des Madianites avec leurs petits enfants, et ils pillèrent tout leur bétail, tous leurs troupeaux et toutes leurs richesses.(Terrible, terrible!)
10/ Ils incendièrent toutes les villes qu'ils habitaient et tous leurs enclos.(Terrible, terrible!)
11/ Ils prirent toutes les dépouilles et tout le butin, personnes et bestiaux ;
12/ et ils amenèrent les captifs, le butin[u][/u] et lesdépouilles, à Moïse, au sacrificateur Éléazar, et à l'assemblée des enfants d'Israël, campés dans les plaines de Moab, près du Jourdain, vis-à-vis de Jéricho. (Terrible, terrible!)
13/ Moïse, le sacrificateur Éléazar, et tous les princes de l'assemblée, sortirent au-devant d'eux, hors du camp.
14/ Et Moïse s'irrita contre les commandants de l'armée, les chefs de milliers et les chefs de centaines, qui revenaient de l'expédition.
15/ Il leur dit : Avez-vous laissé la vie à toutes les femmes ?
16/ Voici, ce sont elles qui, sur la parole de Balaam, ont entraîné les enfants d'Israël à l'infidélité envers l'Éternel, dans l'affaire de Peor ; et alors éclata la plaie dans l'assemblée de l'Éternel.
17/ Maintenant, tuez tout mâle parmi les petits enfants, et tuez toute femme qui a connu un homme en couchant avec lui ;[b]( terrible, terrible!)
18/ mais laissez en vie pour vous toutes les filles qui n'ont point connu la couche d'un homme. (Terrible, terrible!)
*****
31:32/Le butin, reste du pillage de ceux qui avaient fait partie de l'armée, était de six cent soixante-quinze mille brebis,
31:33/soixante-douze mille boeufs,
31:34/soixante et un mille ânes,
31:35/et trente-deux mille personnes ou femmes qui n'avaient point connu la couche d'un homme. -(Terrible, terrible!32,000 personnes !)
31:36/La moitié, formant la part de ceux qui étaient allés à l'armée, fut de trois cent trente-sept mille cinq cents brebis,
31:37/dont six cent soixante-quinze pour le tribut à l'Éternel ;
31:38/trente-six mille boeufs, dont soixante-douze pour le tribut à l'Éternel ;
31:39/trente mille cinq cents ânes, dont soixante et un pour le tribut à l'Éternel ;
31:40/et seize mille personnes, dont trente-deux pour le tribut à l'Éternel. –(Terrible, terrible !16 000 personnes!Ô rage, ô desespoir!)
31:41/Moïse donna au sacrificateur Éléazar le tribut réservé comme offrande à l'Éternel, selon ce que l'Éternel lui avait ordonné. -
31:42/La moitié qui revenait aux enfants d'Israël, séparée par Moïse de celle des hommes de l'armée,
31:43/et formant la part de l'assemblée, fut de trois cent trente-sept mille cinq cents brebis,
31:44/trente-six mille boeufs,
31:45/trente mille cinq cents ânes,
31:46/et seize mille personnes.
31:47/Sur cette moitié qui revenait aux enfants d'Israël, Moïse prit un sur cinquante, tant des personnes que des animaux ; et il le donna aux Lévites, qui ont la garde du tabernacle de l'Éternel, selon ce que l'Éternel lui avait ordonné.
31:48/Les commandants des milliers de l'armée, les chefs de milliers et les chefs de centaines, s'approchèrent de Moïse,
31:49/et lui dirent : Tes serviteurs ont fait le compte des soldats qui étaient sous nos ordres, et il ne manque pas un homme d'entre nous. (Un massacre dans les règles de l'art sans coup férir!)

Qu'en dis-tu Catholique, tu veux que je te poste encore d'autres ? Es-tu si sûre de toi maintenant ?

Catholique a écrit:

Comme je l'ai dit dans un autre fil, les 23 années de prédication de Muhammad ne pèsent pas lourd face à une tradition prophétique authentique de plusieurs siècles. Le contenu de sa prédication, dans le Coran et visiblement dans la Sunna est tellement étranger à la prophétie authentique qu'on ne saurait lui accorder aucun crédit, à moins de considérer Saint Jean-Baptiste, tous les prophètes et Jésus-Christ Lui-même comme des menteurs.


En effet, on ne peut comparer le prophète de l'Islam qu'il soit béni avec tes prophètes comme je viens de te le montrer ; tes prophètes en plus d'être menteurs, d'après ta bible, son des assassins incomparables ! Que Dieu nous sauve d'eux !

le butin! le butin!
Quel scandale !

Hohohohoho!





Revenir en haut Aller en bas
http://causeries-islamo-chr.forumsmaroc.com
Catholique
Membre
avatar

Religion : Catholicisme
Sexe : Féminin Messages : 287

MessageSujet: Qui est Melchisédek ?   Mar 18 Avr - 16:58

Bonjour Averroès et fleur d’islam,

Je vais prendre le temps de répondre à chacun de vous, par message séparé, dans un souci de clarté.

A Fleur d’islam, qui me demande qui est Melchisédek.

Melchisédek est le grand-prêtre du Dieu Trés Haut et roi de Salem que le saint patriarche Abraham a rencontré après avoir délivré Loth et sa famille qui avaient été capturés au cours d’une guerre opposant plusieurs rois dont ceux de Sodome et Gomorrhe. Sa rencontre avec Abraham est racontée dans le chapitre 14 du livre de la Genèse.

La guerre oppose les rois Amraphel de Sennaar, Arioc d’Ellasar, Chodorlahomer d’Elam et Tadal de Goïm aux rois Béra de Sodome, Bersa, roi de Gomorrhe, Sennaab d’Adama, Séméber de Seboïm et au roi de Bala (Gn 14, 1-16). Loth est capturé avec sa famille et ses biens sont pris. Abram se porte au secours de son neveu et le libère. Si Abram refuse les présents des rois de Sodome et Gomorrhe, sa victoire est l’occasion de la rencontre mystérieuse et prophétique avec le prêtre du Dieu Très Haut, Melchisédek (dont le nom signifie « roi de justice »), roi de (Jéru)Salem (Gn 14, 17-18 ; Hébreux  7, 11).  Figure unique et inhabituelle, il est à la fois prêtre et roi, fonctions qui ont toujours été séparées et qui le seront jusqu’à l’avènement du Christ, roi et grand-prêtre véritable. L’Ecriture le mentionne comme le représentant d’un sacerdoce distinct de celui d’Aaron (Ps 110, 4) qui annonce celui du Christ (Hébreux 7). L’offrande de pain et de vin, inhabituelle dans un contexte religieux où le  sacrifice animal était répandu, annonce l’institution de l’eucharistie par le Christ (Mt 26, 17-29, Mc 14, 12-25 et Luc 22, 7-23). En lui donnant la dîme de tout, Abram reconnaît déjà que les droits sacerdotaux de Melchisédek sont supérieurs à ceux de son futur descendant Aaron.

Melchisédek est une préfiguration du Christ par sa double fonction royale et sacerdotale et son offrande de pain et de vin.
C’est dans la lettre aux Hébreux que le parallèle est développé et expliqué entre Melchisédek et Jésus-Christ dans tout le chapitre 7. Je vous incite à le lire : je ne veux pas alourdir le message en mettant l’intégralité du chapitre mais seulement 2 versets significatifs :

Hébreux 6, 19 :

Pour notre âme, cette espérance est sûre et solide comme une ancre fixée au-delà du rideau du Temple, dans le sanctuaire même où Jésus est entré pour nous en précurseur, lui qui est devenu grand-prêtre pour toujours selon le sacerdoce de Melchisédek.

Hébreux 7, 2 :

C’est que Melchisédek porte un nom qui veut dire « roi de justice », de plus il était roi de Salem, c’est-à-dire « roi de paix ». Et puis il n’est pas question de son père, ni de sa mère, ni de ses ancêtres, ni du début de son existence ni de la fin de sa vie. Tout cela le fait ressembler au Fils de Dieu : il demeure prêtre à jamais.


Deo gratias !

Catholique
Revenir en haut Aller en bas
Catholique
Membre
avatar

Religion : Catholicisme
Sexe : Féminin Messages : 287

MessageSujet: Aucun prophète n'est issu d'Ismaël   Mar 18 Avr - 17:04

Averroes a écrit:
Bonsoir Catholique,


Là où vous ne n'y voyez que l'annonce de l'écartement définitif des fils d’Ismaël de la lignée prophétique, nous y voyons pour notre part nous les musulmans ou plus au moins moi, l'annonce de la future concurrence des fils d'Israel sur le leadership prophétique par les fils d’Ismaël !

Ma logique est loin de votre "sortie définitive de la lignée messianique" chère Catholique, n'est-ce pas ?



Bonjour Averroès,

Il n’y a pas de tour de passe-passe : il y a l’exigence du respect de la sainteté de Dieu et l’importance de garder intacte la Révélation. Cela passe par des décisions impitoyables mais nécessaires, comme nous allons le voir dans le cas d’Ismaël et celui du peuple madianite.

Concernant Ismaël : vous parlez d’une concurrence entre les fils d’Ismaël et Israël. Pour qu’il y ait concurrence, il faut pratiquer la même discipline et être sensiblement de niveau égal. Ce n’est pas le cas.

Ismaël a 13 ans quand il est circoncis et 15 ans quand son petit frère Isaac est sevré (Gn 21, 8). Lors du festin, Sara remarque le sourire moqueur et méprisant d’Ismaël sur Isaac et exige le bannissement d’Agar et de son fils. Ce fut une décision difficile pour Abraham qui aimait tendrement ses deux fils : par amour d’Abraham, Dieu bénit Ismaël (Gn 21, 13) et par fidélité à la parole divine, Abraham renvoie définitivement Agar et Ismaël.

Cette décision peut  sembler dure mais Abraham fut confronté aux effets nocifs de la polygamie : la rivalité entre les enfants et le risque de conflits à propos de l’héritage. La jalousie d’Ismaël et son caractère emporté tel que l’Ange du Seigneur le décrit (Gn 16, 12) donnaient à craindre qu’il contestât la prééminence de son frère Isaac comme seul héritier légitime de son père. L’accomplissement des promesses de Dieu rendait nécessaire l’éloignement préalable d’Ismaël, en dépit de l’amour paternel.

Afin de ne laisser aucun doute quant au droit à l’héritage, Abraham prend le soin de ne pas donner de ses biens à son fils Ismaël : ni or, ni argent, ni bêtes mais seulement du pain et de l’eau. Ismaël fit sa demeure au désert et sa mère lui choisit une épouse égyptienne, c’est-à-dire de son propre peuple et non de la famille d’Abraham et donc païenne.

C’est précisément la clarification opérée par Abraham dans sa situation familiale qui va initier la fondation de la lignée messianique. Abraham a réservé ses soins à l’éducation de son fils Isaac, celui que Dieu lui avait promis et dont les qualités spirituelles étaient dignes de celles de son père. C’est juste après avoir chassé Agar et Ismaël qu’Abraham va consacrer Isaac et tous ses descendants en offrant son fils sur l’autel, (akeda Yitshak, la ligature d’Isaac, Genèse 22). Cette offrande sainte annonce la mort et la résurrection du Christ.

Il n’y a pas de prophète issu d’Ismaël parce qu’il n’est pas le fils promis par Dieu, mais né d’une union naturelle : Dieu n’ayant pas explicitement désigné Sara comme mère de l’enfant qu’Il a promis, Abraham a cherché à hâter la réalisation de la promesse divine.

Il n’y a pas de prophète issu d’Ismaël parce qu’il n’avait pas les qualités spirituelles lui permettant d’accueillir l’esprit de la prophétie.
Les peuples issus de lui sont païens et férocement hostiles au peuple d’Israël.

Mais Abraham intercède pour son fils Ismaël. Par amour d’Abraham, Dieu bénit Ismaël, avec  des bénédictions terrestres de fécondité pour les peuples qui naîtront de lui. En revanche, il est écarté des promesses de bénédictions divines dont la prophétie fait partie.

Il n’en demeure pas moins que le peuple d’Israël a souvent failli à la mission sacrée que Dieu lui avait confiée. C’est le sens de la longue citation du prophète Baruch que vous faites mais les exemples ne manquent pas. C’est en réalité tout l’enjeu et toute la difficulté que le peuple d’Israël a eu à affronter : Israël a toujours été un petit peuple monothéiste au milieu de grandes nations païennes. La tentation était grande d’adopter les mœurs et les dieux de ces peuples puissants aux civilisations brillantes (Egypte, Grèce, Babylone) et ils ont souvent versés dans l’idolâtrie par imitation de ces peuples et de la gloire éphémère qu’ils semblaient obtenir en adorant leurs statues mortes. C’était déjà l’enjeu pour les 3 patriarches Abraham, Isaac et Jacob qui ont du veiller à garder intacte leur foi en se tenant à distance des peuples environnants aux mœurs aussi détestables que leur idolâtrie.

Sinon pourquoi Dieu aurait-il eu besoin d’envoyer des prophètes pour rappeler à Israël les promesses faites aux patriarches ? La prophétie est le moyen que Dieu a choisi pour tenir à bout de bras son peuple dans la fidélité,  jusqu’à la résurrection de Jésus-Christ qui met fin à la prophétie.

Deo gratias !

Catholique
Revenir en haut Aller en bas
Catholique
Membre
avatar

Religion : Catholicisme
Sexe : Féminin Messages : 287

MessageSujet: Aucun prophète n'est issu d'Ismaël   Mar 18 Avr - 17:05

(...)


Dernière édition par Catholique le Mar 18 Avr - 17:38, édité 1 fois (Raison : Suppression d'un message publié 2 fois)
Revenir en haut Aller en bas
Catholique
Membre
avatar

Religion : Catholicisme
Sexe : Féminin Messages : 287

MessageSujet: Le châtiment des Madianites   Mar 18 Avr - 17:15

Averroes a écrit:

Bonsoir Catholique,

Ah bon ?  Je vais employé tes propres mots : aucun de tes prophètes n’a jamais été ni un voleur ni un agresseur et Dieu ne leur a jamais donné la permission de porter atteinte au bien d'autrui ?

Tu es si sûre que cela ?

Le livre des nombres

Chapitre 31





Bonjour Averroès,

Je maintiens ce que j'ai dit.

Voyons ce passage de plus près.

Vous citez une page terrible du livre des Nombres (chapitre 31) qui illustre ce que je viens de dire plus haut, mais sous une forme paroxystique. Comme je l’ai dit plus haut, les patriarches Abraham, Isaac et Jacob ont du prendre un certain nombre de mesures pour garder intacte la fidélité à leur foi monothéiste et s’imposer une distance avec les peuples environnants qui étaient à proprement parler sans foi ni loi.

Abraham et Isaac vont se refuser à faire prendre femme à leur fils respectifs parmi les jeunes filles païennes du pays. Ils iront au pays de leurs pères pour épouser une femme de leur clan. Jacob-Israël quand il rentre en Canaan après avoir passe 20 ans au service de son beau-père Laban, ordonne la destruction des idoles domestiques de tous les membres de son clan.

Ismaël et Esaü, les deux fils écartés de la transmission de la foi, prendront femme parmi les païennes et Esaü épousera une fille d’Ismaël, causant ainsi une terrible déception à son père et à sa mère.

Au cours de sa traversée du désert, Israël a du affronter différents peuples, descendants soit d’Ismaël soit d’Esaü, tous hostiles à Israël. Avec l’aide de Dieu et n’ayant d’ailleurs que Lui sur qui compter, les voilà parvenus à l’orée de la Terre d’Israël. L’épisode de Madian se situe donc, dans le livre des Nombres au moment où Israël est sur le point de rentrer en Terre Promise et après l’énonciation de toutes les règles permettant au peuple d’Israël de se maintenir en état de consécration et de poursuivre sa mission.

L’épisode madianite est une sorte d’ultime acte de purification et de purgation de l’idolâtrie avant qu’Israël puisse prendre possession de son héritage.

Les Madianites sont des descendants d’Abraham, né de son épouse Qetoura. On les assimile aussi à des ismaëlites. Ce sont des païens qui ont poussé Israël à l’idolâtrie (Nb 25, 14-18) et c’est l’origine du châtiment qu’ils vont subir.

L’idolâtrie a causé 2 malheurs au peuple d’Israël qui n'ont été surmontés que par une purgation sans équivoque :

1/ Parce qu’elle s’est fait un veau d’or, la génération sortie d’Egypte a été interdite de rentrer en Terre Sainte d’où la longue pérégrination du peuple d’Israël dans le désert jusqu’à ce que cette génération ait disparu au profit d’une nouvelle génération qui n’aura jamais été au contact de l’Egypte et de ses dieux à tête d’animaux.

2/ Puis, la contamination des pratiques païennes par des peuples hostiles, nés d’Ismaël et d’Esaü, et qu’il a fallu à la fois empêcher de détruire Israël mais aussi maintenir une stricte séparation pour garder le dépôt de la foi, notamment en empêchant toute forme d’union entre les enfants des deux peuples.

Cela s’appelle à proprement parler la sanctification. La séparation très stricte en vue d’un usage réservé uniquement à Dieu : tout contact avec quoi que ce soit qui appartient aux Madianites est une souillure de nature religieuse, une quasi-profanation.

La méthode employée est à la hauteur de l’exigence de sainteté. Cette violence est tout entière mise sur le compte d’une volonté de Dieu, et sans doute il y a là l’expression d’une vérité profonde : celle de la sainteté absolue de Dieu qui ne souffre ni dérogation, ni amoindrissement, ni altération.

Mais cela est aussi une étape dans la préparation d’Israël, tant que Dieu n’est connu que comme le maître de la Loi, la violence reste entière au cœur de l’obéissance, et elle se donne libre cours pour venger Dieu offensé. Pour réconcilier les hommes il fallait que le nom de Dieu, pour sacré qu’il soit, s’efface et que l’on redécouvre le Père à travers son Fils donné au monde.

Je crois cher Averroès, que nous nous comprenons parfaitement : Dieu, qui est le Saint, n’a qu’une parole qu’il a réservé par sa souveraine volonté à un seul peuple, dans une seule tradition prophétique authentique qui nous conduit à Jésus-Christ, venu dans la chair pour nous sauver du péché originel, par sa mort sur la croix et la résurrection.

Se réclamer d’une prophétie d’origine différente, pour soutenir tout le contraire de ce que les prophètes ont dit, ne peut vous conduire qu’à considérer que les vrais prophètes sont des menteurs ou des faussaires. Il ne peut y avoir 2 révélations véritables : si l’une est vraie ; l’autre est fausse.

Ce que nous dit ce texte aujourd’hui, à travers le malheur du peuple de Madian est que ceux qui nient la prophétie authentique et tout ce que Dieu a dit de Lui-même dans Son Fils Jésus-Christ, ceux-là connaîtront spirituellement le même sort que les Madianites : la mort de leur âme.

Deo gratias !

Catholique


Dernière édition par Catholique le Mar 18 Avr - 18:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Catholique
Membre
avatar

Religion : Catholicisme
Sexe : Féminin Messages : 287

MessageSujet: Qui est le Paraclet ?   Mar 18 Avr - 17:35

Enfin, cher Averroès, le dernier point.

Sur le Paraclet, je vais vous donner une explication plus complète à la lumière de l’ensemble la révélation biblique.

Commençons par un peu d’étymologie :

Le nom « parakletos » s’écrit ainsi : παρακλέτος. Il désigne « celui qu’on appelle à son secours » et se traduit par « avocat, défenseur, intercesseur». Il est formé de « para » qui signifie « vers, auprès » et « kaleo » qui signifie « appeler ».

Parakaleo veut littéralement dire « appeler vers ». En latin, « vers » se dit « ad » et « appeler » se dit « vocare ». « Appeler vers », en latin, se dit donc « ad vocare » : c’est l’origine de notre mot « avocat », qui est celui que l’on appelle à l’aide quand on a l’ennui d’un procès mais c’est aussi celui qui va parler à  notre place pour nous défendre. Cela est déjà un bon résumé de l’action du Paraclet.
C’est pourquoi, dans la traduction latine de la Bible, le mot grec παρακλέτος est traduit par « advocatus ». C’est la traduction la plus fidèle et la plus conforme au texte.

Le verbe « parakaleo » signifie : appeler auprès de soi, intercéder, exhorter, encourager, prendre la défense de quelqu’un, guider.

Le verbe parakaleo (παρακαλεο) dans la Bible

« parakaleo » (παρακαλεο ) apparaît 78 fois dans l’Ancien Testament et 110 fois dans le Nouveau Testament.

1/ Dans l’Ancien Testament, il traduit le mot hébreu « nacham » qui signifie « consoler ». Mais le mot « nacham » renvoie à l’idée d’une respiration profonde comme expression d’une émotion humaine forte comme le chagrin, la compassion ou le réconfort. C’est le soupir qui exprime, sans mots, l’émotion partagée : l’action du Paraclet trouve sa source dans la miséricorde de Dieu dont il est l’expression. Dans un contexte pastoral, parakaleo est traduit par guider. Voici 2 exemples :

Exode 15, 13 :

ὡδήγησας τῇ δικαιοσύνῃ σου τὸν λαόν σου τοῦτον, ὃν ἐλυτρώσω, παρεκάλεσας τῇ ἰσχύι σου εἰς κατάλυμα ἅγιόν σου.

Tu as miséricordieusement conduit ce peuple que tu as délivré, tu l’as conduit par ta puissance vers ta sainte demeure


Isaïe 49, 10 :

οὐ πεινάσουσιν οὐδὲ διψήσουσιν, οὐδὲ πατάξει αὐτοὺς καύσων οὐδὲ ὁ ἥλιος, ἀλλὰ ὁ ἐλεῶν αὐτοὺς παρακαλέσει καὶ διὰ πηγῶν ὑδάτων ἄξει αὐτούς·

« Ils ne ressentiront ni faim ni soif ; Le vent brûlant et le soleil ne les frapperont pas Car celui qui a pitié d’eux les guidera Et les conduira vers les sources »


2/ Dans le Nouveau Testament

« Parakaleo » apparaît 110 fois, dont 21 fois dans le seul livre des Actes des apôtres. C’est dans l’œuvre de Jean (évangile et lettres), qu’il est question du Paraclet (παρακλέτος).

Qui est donc ce Paraclet ?

1/ Dans la foi d'Israël :

Dans la foi d’Israël, le Consolateur par excellence est le Messie lui-même. (Talmud de Babylone, Sanhedrin 98 B, 29-31 : le nom du Messie est «  Consolateur ».)

2/Dans l’Evangile :


Le premier Paraclet est le Christ lui-même, en tant précisément qu’il est le Messie annoncé par les prophètes.  C’est ainsi qu’il présente son propre ministère :

Matthieu 5, 4 :

Μακάριοι οἱ πενθοῦντες: ὅτι αὐτοὶ παρακληθήσονται.
Heureux les affligés, car ils seront consolés !


On peut également citer Matthieu 11, 28-30, Jésus décrit son action comme celle d’un paraclet, d'un consolateur :

«Venez à moi, vous tous qui peinez sous le fardeau: Je vous soulagerai. Prenez mon joug sur vous, et recevez ma doctrine, puisque je suis doux et humble de coeur; et vous trouverez le repos de vos âmes: mon joug est commode, et mon fardeau léger.»

Dans le passage ci-après, Jésus-Christ est appelé « parakletos », « avocat » puisque sa mort sur la croix est un acte d’intercession et de miséricorde, conforme au sens du mot comme du verbe. Le Paraclet ne peut donc pas être Muhammad, puisqu’en réalité, c’est en premier lieu Jésus-Christ lui-même.

1 Jean 2, 1

Τεκνία μου, ταῦτα γράφω ὑμῖν, ἵνα μὴ ἁμάρτητε. Καὶ ἐάν τις ἁμάρτῃ, παράκλητον ἔχομεν πρὸς τὸν πατέρα, Ἰησοῦν χριστὸν δίκαιον:
Mes petits enfants, je vous écris ces choses, afin que vous ne péchiez point. Et si quelqu'un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus Christ le juste.


Mais Jésus nous annonce qu’après lui viendra « un autre paraclet », un deuxième consolateur ou avocat. Et c’est pour celui-là que vous proposez de l’identifier à Muhammad.

Jean 14, 16-17


Καὶ ἐγὼ ἐρωτήσω τὸν πατέρα, καὶ ἄλλον παράκλητον δώσει ὑμῖν, ἵνα μένῃ μεθ’ ὑμῶν εἰς τὸν αἰῶνα,  τὸ πνεῦμα τῆς ἀληθείας, ὃ ὁ κόσμος οὐ δύναται λαβεῖν, ὅτι οὐ θεωρεῖ αὐτό, οὐδὲ γινώσκει  αὐτό. Ὑμεῖς δὲ γινώσκετε αὐτό, ὅτι παρ’ ὑμῖν μένει, καὶ ἐν ὑμῖν ἔσται.

Et moi je prierai le Père, et il vous donnera un autre Paraclet , pour qu'il demeure éternellement avec vous. C'est l'Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu'il ne le voit pas et ne le connaît pas. Mais vous, vous le connaissez parce qu'il demeure avec vous, et est en vous.


Jésus oppose le monde qui ne voit ni ne connaît ce Paraclet aux apôtres qui le connaisse parce que Paraclet est déjà en eux. Qu’est-ce qui distingue le monde, des apôtres : la foi au Christ ressuscité. Le monde qui désigne en fait l’humanité qui ne croit pas ou ne sait pas que Jésus-Christ est ressuscité, est inhospitalier au Paraclet. Les apôtres, témoins de la Résurrection du Christ, sont au contraire dociles à l’action du Paraclet : Il agit en eux, Il vient en eux pour les guider et les consoler.

Ce paraclet est appelé « Esprit saint » (« Pneuma agion » » τὸ πνεῦμα τὸ ἅγιον ») et « Esprit de vérité » (« to pneuma tès aletheias » « τὸ πνεῦμα τῆς ἀληθείας »). Il est Saint parce qu’Il est Dieu et Il est Vérité parce qu’il est Dieu. Cet autre Paraclet est « pneuma », esprit ou souffle. Il n’a pas de chair ni de corps et son action aura pour finalité de rendre témoignage à Jésus-Christ (Jn 15, 26) et continuer l’œuvre du Christ auprès des apôtres et convaincre le monde de péché, de justice et de jugement. C’est-à-dire rappeler l’œuvre salvatrice opérée par la mort et la résurrection du Christ qui est à la fois le jugement de Dieu sur le péché du monde et son œuvre de justice pour le réduire à néant (Jn 16, 7-11). Cet autre Paraclet ne peut rien dire de contraire à la parole de Jésus-Christ et encore moins nier quoi que ce soit le concernant puisque son action est fondamentalement la continuation de l’œuvre de Jésus-Christ et certainement pas sa négation.

Cette continuité de l’action du Paraclet-Esprit Saint avec celle du Paraclet-Messie trouve son origine dans l’unité de  la relation des 3 personnes de la Trinité Sainte : il ne peut y avoir de division ni de contradiction et encore moins de « corrections ». C’est pourquoi la promesse de Jésus d’envoyer l’Esprit Saint pour annoncer l’Evangile s’est réalisée si vite, 50 jours après la résurrection, le jour de la Pentecôte, pas 600 ans après.

C’est pourquoi aussi le livre des Actes des Apôtres fait si souvent usage du verbe « parakaleo », il est moins le livre des débuts de l’Eglise que le livre de l’action de l’Esprit Saint « Paraclet » dans la jeune Eglise, comme ici :

Actes 9, 31

Αἱ μὲν οὖν ἐκκλησίαι καθ’ ὅλης τῆς Ἰουδαίας καὶ Γαλιλαίας καὶ Σαμαρείας εἶχον εἰρήνην οἰκοδομούμεναι, καὶ πορευόμεναι τῷ φόβῳ τοῦ κυρίου καὶ τῇ παρακλήσει τοῦ ἁγίου πνεύματος ἐπληθύνοντο

L'Église était donc en paix dans toute la Judée, la Galilée et la Samarie. Elle se développait, avançait dans la crainte du Seigneur, et l'assistance (παρακλήσει) de l'Esprit-Saint la faisait croître en nombre.


C’est pourquoi enfin nous disons que le Paraclet est le Saint-Esprit en tant que 3ème personne de la Sainte Trinité : il est le langage que Dieu nous parle et son intercession trouve sa source dans la miséricorde de Dieu qui est manifestée en Jésus-Christ. « Paraclet » est donc aussi un mot qui nous dit que Dieu est Père, Fils et Saint-Esprit puisque c’est le mode d’action de Dieu qui console, qui guide, qui intercède et interprète l’Ecriture.

« Paraclet » ne correspond pas tant à un nom qu’à une action réalisée par Dieu et selon un mode d'action qui ne peut être accompli que par Lui.

On ne trouve rien de tel chez Muhammad qui a fait l’exact contraire de l’œuvre du Paraclet en niant la mort et la résurrection du Christ, Dieu venu dans notre chair et en proclamant toutes sortes de choses dont il est aisé de vérifier qu’elles sont factuellement fausses (à commencer par tout ce que le Coran dit de Jésus). L’annonce qui concerne la relation entre Muhammad et le Paraclet dans le Nouveau Testament est donc celle-ci :

1 Jean 4, 1 :

« Bien-aimés, ne vous fiez pas à tout esprit, mais éprouvez les esprits, pour voir s’ils sont de Dieu, car beaucoup de faux prophètes se sont montrés dans le monde. A ceci vous reconnaîtrez l’Esprit de Dieu ; tout esprit qui proclame Jésus Christ incarné est de Dieu ; tout esprit qui ne proclame pas Jésus, n’est point de Dieu mais est l’esprit de l’Antichrist »



Deo gratias !

Catholique
Revenir en haut Aller en bas
Catholique
Membre
avatar

Religion : Catholicisme
Sexe : Féminin Messages : 287

MessageSujet: Re: Mohamed (SAWS) EST-IL LE DERNIER DES PROPHETES    Mar 18 Avr - 19:39

Averroes a écrit:


Bonsoir Catholique,
le verset que je te présente moi par contre montre clairement que le consolateur parlera lui-même aux gens du monde et les convaincra lui-même,c'est pas la même chose ma chère !


7 Cependant, je vous dis la vérité,il vaut mieux pour vous que je m'en aille. En effet, si je ne m'en vais pas, le défenseur ne viendra pas vers vous; mais, si je m'en vais, je vous l'enverrai 8 et, quand il sera venu, il convaincra le monde en ce qui concerne le péché, la justice et le jugement: 9 en ce qui concerne le péché, parce qu'ils ne croient pas en moi;10 la justice, parce que je vais auprès de mon Père et que vous ne me verrez plus;
"

Regarde ce que j'ai colorié,ce verset confirme au contraire que j'ai parfaitement raison,ici il s'agit du consolateur indépendant encore une nouvelle fois des apôtres ,un humain qui va s'adresser à d'autres humain contrairement à l'esprit saint dont tu parle il fait corps avec les apôtre comme dans l'exemple suivant :


Donc il y a une séparation claire et nette entre le consolateur et les apôtres,séparation inconcevable entre le saint-esprit de la Pentecôte et les apôtres  et qui rendront tous les deux  sur le Christ leur témoignage un et indivisible


Non, Averroès, dans le verset que tu cites, il n'est question que du seul et unique Paraclet annoncé par Jésus-Christ, l'Esprit Saint.

Voici ton verset dans son original grec, il s'agit de Jn 16, 7 :

Ἀλλ’ ἐγὼ τὴν ἀλήθειαν λέγω ὑμῖν: συμφέρει ὑμῖν ἵνα ἐγὼ ἀπέλθω: ἐὰν γὰρ ἐγὼ μὴ ἀπέλθω, ὁ παράκλητος οὐκ ἐλεύσεται πρὸς ὑμᾶς: ἐὰν δὲ πορευθῶ, πέμψω αὐτὸν πρὸς ὑμᾶς.

En gras, le mot "parakletos". Il s'agit toujours de l'Esprit de Dieu ou Esprit de vérité, comme Jésus le précise avant et après dans son discours d'adieu aux apôtres, quand il décrit la venue et la mission du Paraclet. Dans les chapitres 13 à 16 de l'évangile selon Saint Jean, Jésus adresse un dernier discours aux Apôtres, juste avant d'être arrêté et crucifié. Dans ce discours, il les prépare à ce qu'ils vont vivre dans les heures prochaines : la grande épreuve de la Passion du Christ qui va mettre leur foi à l'épreuve mais il leur annonce aussi ce qui va venir après Sa Résurrection : c'est pourquoi il parle du Paraclet-Esprit Saint qui viendra peu de temps après Son Ascension, le jour de la Pentecôte. C'est une promesse qui se réalise presque immédiatement.

Dans toute cette séquence Jean, chapitres 13 à 16, il n'est question que d'un seul Paraclet (Esprit Saint) et d'une seule venue, l'effusion du Saint-Esprit sur les apôtres le jour de la Pentecôte.

Deo gratias !

Catholique
Revenir en haut Aller en bas
fleurdislam
Membre
avatar

Religion : Islam
Sexe : Féminin Messages : 73

MessageSujet: Re: Mohamed (SAWS) EST-IL LE DERNIER DES PROPHETES    Mar 18 Avr - 21:45

@Catholique

Citation :
A Fleur d’islam, qui me demande qui est Melchisédek.

Melchisédek est le grand-prêtre du Dieu Trés Haut et roi de Salem que le saint patriarche Abraham a rencontré après avoir délivré Loth et sa famille qui avaient été capturés au cours d’une guerre opposant plusieurs rois dont ceux de Sodome et Gomorrhe. Sa rencontre avec Abraham est racontée dans le chapitre 14 du livre de la Genèse.

La guerre oppose les rois Amraphel de Sennaar, Arioc d’Ellasar, Chodorlahomer d’Elam et Tadal de Goïm aux rois Béra de Sodome, Bersa, roi de Gomorrhe, Sennaab d’Adama, Séméber de Seboïm et au roi de Bala (Gn 14, 1-16). Loth est capturé avec sa famille et ses biens sont pris. Abram se porte au secours de son neveu et le libère. Si Abram refuse les présents des rois de Sodome et Gomorrhe, sa victoire est l’occasion de la rencontre mystérieuse et prophétique avec le prêtre du Dieu Très Haut, Melchisédek (dont le nom signifie « roi de justice »), roi de (Jéru)Salem (Gn 14, 17-18 ; Hébreux  7, 11).  Figure unique et inhabituelle, il est à la fois prêtre et roi, fonctions qui ont toujours été séparées et qui le seront jusqu’à l’avènement du Christ, roi et grand-prêtre véritable. L’Ecriture le mentionne comme le représentant d’un sacerdoce distinct de celui d’Aaron (Ps 110, 4) qui annonce celui du Christ (Hébreux 7). L’offrande de pain et de vin, inhabituelle dans un contexte religieux où le  sacrifice animal était répandu, annonce l’institution de l’eucharistie par le Christ (Mt 26, 17-29, Mc 14, 12-25 et Luc 22, 7-23). En lui donnant la dîme de tout, Abram reconnaît déjà que les droits sacerdotaux de Melchisédek sont supérieurs à ceux de son futur descendant Aaron.

Melchisédek est une préfiguration du Christ par sa double fonction royale et sacerdotale et son offrande de pain et de vin.
C’est dans la lettre aux Hébreux que le parallèle est développé et expliqué entre Melchisédek et Jésus-Christ dans tout le chapitre 7. Je vous incite à le lire : je ne veux pas alourdir le message en mettant l’intégralité du chapitre mais seulement 2 versets significatifs :

Hébreux 6, 19 :

Pour notre âme, cette espérance est sûre et solide comme une ancre fixée au-delà du rideau du Temple, dans le sanctuaire même où Jésus est entré pour nous en précurseur, lui qui est devenu grand-prêtre pour toujours selon le sacerdoce de Melchisédek.

Hébreux 7, 2 :

C’est que Melchisédek porte un nom qui veut dire « roi de justice », de plus il était roi de Salem, c’est-à-dire « roi de paix ». Et puis il n’est pas question de son père, ni de sa mère, ni de ses ancêtres, ni du début de son existence ni de la fin de sa vie. Tout cela le fait ressembler au Fils de Dieu : il demeure prêtre à jamais.


Tu as omis un détail : Melchisédek était le sacrificateur du Très Haut. Sacrifice d'humains ou d'animaux ?

Pourquoi préfiguration du Christ? Une incarnation  ?
Citation :

1 Jean 4, 1 :

« Bien-aimés, ne vous fiez pas à tout esprit, mais éprouvez les esprits, pour voir s’ils sont de Dieu, car beaucoup de faux prophètes se sont montrés dans le monde. A ceci vous reconnaîtrez l’Esprit de Dieu ; tout esprit qui proclame Jésus Christ incarné est de Dieu ; tout esprit qui ne proclame pas Jésus, n’est point de Dieu mais est l’esprit de l’Antichrist »

Mmmmm, falsificatrice va, c'est ta version made in Catholique Alias Jeanne  ?

A quoi ça sert d'éprouver les esprits ?
Revenir en haut Aller en bas
Averroes
Magistrat Inter-religieux
Magistrat Inter-religieux
avatar

Religion : Musulman
Sexe : Masculin Messages : 1544

MessageSujet: Re: Mohamed (SAWS) EST-IL LE DERNIER DES PROPHETES    Mer 19 Avr - 0:06

Bonsoir Catholique,

Catholique a écrit:
Averroes a écrit:

Bonsoir Catholique,

Ah bon ?  Je vais employé tes propres mots : aucun de tes prophètes n’a jamais été ni un voleur ni un agresseur et Dieu ne leur a jamais donné la permission de porter atteinte au bien d'autrui ?

Tu es si sûre que cela ?

Le livre des nombres

Chapitre 31



Bonjour Averroès,

Je maintiens ce que j'ai dit.

Je n'y attendais pas moins que cela ta part, Catholique !

Catholique a écrit:

Voyons ce passage de plus près.

Vous citez une page terrible du livre des Nombres (chapitre 31)

Non, pas si terrible que cela...

Catholique a écrit:

qui illustre ce que je viens de dire plus haut, mais sous une forme paroxystique. Comme je l’ai dit plus haut, les patriarches Abraham, Isaac et Jacob ont du prendre un certain nombre de mesures pour garder intacte la fidélité à leur foi monothéiste et s’imposer une distance avec les peuples environnants qui étaient à proprement parler sans foi ni loi.
************
La méthode employée est à la hauteur de l’exigence de sainteté. Cette violence est tout entière mise sur le compte d’une volonté de Dieu, et sans doute il y a là l’expression d’une vérité profonde : celle de la sainteté absolue de Dieu qui ne souffre ni dérogation, ni amoindrissement, ni altération.

Mais cela est aussi une étape dans la préparation d’Israël, tant que Dieu n’est connu que comme le maître de la Loi, la violence reste entière au cœur de l’obéissance, et elle se donne libre cours pour venger Dieu offensé. Pour réconcilier les hommes il fallait que le nom de Dieu, pour sacré qu’il soit, s’efface et que l’on redécouvre le Père à travers son Fils donné au monde.

Je crois cher Averroès, que nous nous comprenons parfaitement ....

Non, on ne se comprend nullement , depuis quand l'exigence de sainteté de Dieu pousse à l'extermination des bébés et à des petits enfants innocent ?

17/ Maintenant, tuez tout mâle parmi les petits enfants, et tuez toute femme qui a connu un homme en couchant avec lui ;( terrible, terrible!)

Humm...


Catholique a écrit:

Abraham et Isaac vont se refuser à faire prendre femme à leur fils respectifs parmi les jeunes filles païennes du pays. Ils iront au pays de leurs pères pour épouser une femme de leur clan. Jacob-Israël quand il rentre en Canaan après avoir passe 20 ans au service de son beau-père Laban, ordonne la destruction des idoles domestiques de tous les membres de son clan.

Oui, mais loin de notre sujet  ici...

Catholique a écrit:
Ismaël et Esaü, les deux fils écartés de la transmission de la foi, prendront femme parmi les païennes et Esaü épousera une fille d’Ismaël, causant ainsi une terrible déception à son père et à sa mère.

Archi faux Catholique, la terrible déception d'Isac est causée par le mariage d'Esaü  avec une fille païenne, et s'il s'est résolu de se marier avec l'une des filles d'Ismael de nouveau, c'est pour trouver grâce de nouveau aux yeux de son père ...Aaaaah! Si tu ne maîtrise même pas les versets de ta propre bible, notre discussion va devenir de plus en plus lourde chère amie !

Revenir en haut Aller en bas
http://causeries-islamo-chr.forumsmaroc.com
Averroes
Magistrat Inter-religieux
Magistrat Inter-religieux
avatar

Religion : Musulman
Sexe : Masculin Messages : 1544

MessageSujet: Re: Mohamed (SAWS) EST-IL LE DERNIER DES PROPHETES    Jeu 20 Avr - 1:08


Bonsoir Catholique,

Catholique a écrit:
Averroes a écrit:
Bonsoir Catholique,


Là où vous ne n'y voyez que l'annonce de l'écartement définitif des fils d’Ismaël de la lignée prophétique, nous y voyons pour notre part nous les musulmans ou plus au moins moi, l'annonce de la future concurrence des fils d'Israel sur le leadership prophétique par les fils d’Ismaël !

Ma logique est loin de votre "sortie définitive de la lignée messianique" chère Catholique, n'est-ce pas ?



Bonjour Averroès,

Concernant Ismaël : vous parlez d’une concurrence entre les fils d’Ismaël et Israël. Pour qu’il y ait concurrence, il faut pratiquer la même discipline et être sensiblement de niveau égal. Ce n’est pas le cas.

En effet, je me suis mal exprimé : il n'y a pas de concurrence entre Isac et Ismael, c'est un chapitre clôt par Dieu lui-même et la supériorité prophétique est incontestablement du côté d'ismael et non d'Isac, je m'exprimer plus clairement quand je te rectifie une petite chose à jamais et dont surement jamais tes prêtres ou tes rabbins ne te le feront : Isac et Ismael pratique la même discipline, mes preuves :

2-Gn 17:20-En faveur d'Ismaèl aussi, je t'ai entendu : je le bénis, je le rendrai fécond, je le ferai croître extrêmement, il engendrera douze princes et je ferai de lui une grande nation.

Dieu va-t-il bénir un païen qui  va adorer un autre Dieu que lui ? On a vu ce qui c'est passer avec les madianites et leur triste sort, et pourtant eux ils n'étaient pas bénis par Dieu...

Je le bénis c'est la certitude ici ma chère !
Il fait une petite faveur pour Abraham peut-être: écoute, bien que ton fils va adorer une idole, je vais le bénir !hhhhhh!

Esave qui a vendu son droit pour être prophète pour un plat de lentilles à été béni par Dieu quand même ?

"Je le bénis" cette certitude ne prouve qu'une chose :Ismael ne s'écarta point du sentier de Dieu Qu'Il soit glorifié car comme tu vas le voir par ma deuxième preuve :

1-  Gn 21:20-Dieu fut avec lui, il grandit et demeura au désert, et il devint un tireur d'arc.

Dieu n'a jamais abandonné Ismaël, et donc Ismaël n'a jamais abandonné la voie de Dieu, c'est pour cela qu'Esav voulait se marier encore une nouvelle avec une des filles d'Ismael parce qu'il suivait la voie du Seigneur ainsi que ses enfants afin de regagner les faveurs de son père !

Jusqu'à maintenant je ne t'ai prouvé qu'une seule chose : ismael suivait la voie du Seigneur ainsi que ses enfants.

Maintenant abordant la question de l’alliance : D'abord,  quel est le signe de cette alliance?

Gn 17:10-Et voici mon alliance qui sera observée entre moi et vous, c'est-à-dire ta DESCENDANCE APRÈS TOI : que tous vos mâles soient circoncis.
Gn 17:11-Vous ferez circoncire la chair de votre prépuce, et ce sera le signe de l'alliance entre moi et vous.


Et qui est le DESCENDANT DIRECT APRÈS ABRAHAM?

D'abord Ismaïel:

Gn 17:20-En faveur d'Ismaèl aussi, je t'ai entendu : je le bénis, je le rendrai fécond, je le ferai croître extrêmement, il engendrera douze princes et je ferai de lui une grande nation.
Gn 17:25-et Ismaèl, son fils, était âgé de treize ans lorsqu'on circoncit la chair de son prépuce.
Gn 17:26-Ce jour même furent circoncis Abraham et son fils Ismaïèl,


Ensuite Isac:

Gn17.21 J'établirai mon alliance avec Isaac, que Sara t'enfantera à cette époque-ci de l'année prochaine.

Et pas/
Gn 17:21- Mais mon alliance, je l'établirai avec Isaac, que va t'enfanter Sara, l'an prochain à cette saison. (IL N'Y A PAS DE MAIS au début du verset !il N'existe pas dans la bible de louis Segond, c'est juste encore une nouvelle fois de la falsification dans vos Bibles...)

Je continue.

l'aliance se fera avec Isac également dans le futur,il n'étais pas encore né,la première alliance avec Ismaiel est déjà scellée avec la circoncision;les autres avantages,fécondité,croissance,etc.,c'est juste les autres droits d'aînesse


Donc nous sommes devant deux élus choisis par Dieu, qui est supérieur par rapport à l'autre ?

Réponse Ismaël, assurément.

parce qu’Ismaël est appelé à porter le nom de Dieu lui-même :

Gn 16:11-L'Ange de Yahvé lui dit : Tu es enceinte et tu enfanteras un fils, et tu lui donneras le nom d'Ismaèl, car Yahvé a entendu ta détresse.

Alors que le nom d'Isac bien qu'il lui fût donné par Dieu lui aussi, il ne porte point l'empreinte céleste comme Ismael, il faut attendre la naissance de son fils Jacob et après qu'il fût élevé au rang de prophète que son nom se change en Israel en portant le nom céleste aussi :

Gn 17-19-Dieu dit: Certainement Sara, ta femme, t'enfantera un fils; et tu l'appelleras du nom d'Isaac.

Rien qu'à partir de cette opération "la nomination", on  sait l'importance de chaque prophète aux "yeux" du Seigneur Qu'Il soit glorifié.




Dernière édition par Averroes le Jeu 20 Avr - 16:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://causeries-islamo-chr.forumsmaroc.com
Averroes
Magistrat Inter-religieux
Magistrat Inter-religieux
avatar

Religion : Musulman
Sexe : Masculin Messages : 1544

MessageSujet: Re: Mohamed (SAWS) EST-IL LE DERNIER DES PROPHETES    Jeu 20 Avr - 1:45



Bonsoir Catholique,

Je tiens quand même à clarifier quelques points :

Je ne crois pas que les prophètes bibliques telles que Dieu à envoyé à leur peuples, soient des assassins où des menteurs ou des fornicateurs et leur femmes tous les qualificatifs qu'on puissent leur coller !

Si je les qualifie de telle sorte, je n'ai en tête que les balivernes sur vos personnages bibliques de vos bibles et vos évangiles falsifiés, ces derniers ne sont pour moi que le retour du bâton pour vous montrer combien vous êtes hypocrites et en totale contradiction avec vos longues faux discours moralisateurs ;nous faire la morale alors que vous avez des livres immoraux, etc.,

Ceci clarifié, je continue.

Catholique a écrit:
Averroes a écrit:
Bonsoir Catholique,


Là où vous ne n'y voyez que l'annonce de l'écartement définitif des fils d’Ismaël de la lignée prophétique, nous y voyons pour notre part nous les musulmans ou plus au moins moi, l'annonce de la future concurrence des fils d'Israel sur le leadership prophétique par les fils d’Ismaël !

Ma logique est loin de votre "sortie définitive de la lignée messianique" chère Catholique, n'est-ce pas ?



Bonjour Averroès,

Ismaël a 13 ans quand il est circoncis et 15 ans quand son petit frère Isaac est sevré (Gn 21, 8). Lors du festin, Sara remarque le sourire moqueur et méprisant d’Ismaël sur Isaac et exige le bannissement d’Agar et de son fils. Ce fut une décision difficile pour Abraham qui aimait tendrement ses deux fils : par amour d’Abraham, Dieu bénit Ismaël (Gn 21, 13) et par fidélité à la parole divine, Abraham renvoie définitivement Agar et Ismaël.

Que des mensonges et de la pure falsification de vos écritures ! montre-moi dans ce verset où  Ismael se moque et méprise Isac :

Gn 21:8-L'enfant grandit et fut sevré, et Abraham fit un grand festin le jour où l'on sevra Isaac.
Gn 21:9-Or Sara aperçut le fils né à Abraham de l'Égyptienne Agar, qui jouait avec son fils Isaac,

deux gosses en train de jouer et une mère de l'un d'eux les observe et rien de plus, ou es la moquerie et le mépris ici d'Ismael ?

Gn 21:10-et elle dit à Abraham : Chasse cette servante et son fils, il ne faut pas que le fils de cette servante hérite avec mon fils Isaac.

La même mère en les observant, réalise soudainement que l'aîné entre les deux n'est pas son fils et donc il va toucher un moindre héritage car l'ainé touche le double du cadet :

Deutéronome 21
15 Si un homme, qui a deux femmes, aime l'une et n'aime pas l'autre, et s'il en a des fils dont le premier-né soit de la femme qu'il n'aime pas,
16 il ne pourra point, quand il partagera son bien entre ses fils, reconnaître comme premier-né le fils de celle qu'il aime, à la place du fils de celle qu'il n'aime pas, et qui est le premier-né.
17 Mais il reconnaîtra pour premier-né le fils de celle qu'il n'aime pas, et lui donnera sur son bien une portion double; car ce fils est les prémices de sa vigueur, le droit d'aînesse lui appartient.

Alors que décide cette femme qui observe cette scène ? suggèrer à son mari de se débarrasser de cet aîné afin de lui...VOLER SON HERITAGE...

D'après ta fausse bible, la vertueuse Sara - je ne me moque pas ici- n'est qu'une Voleuse d'héritage, c'est pour cela que je ne vais jamais croire vos fausses bibles !

Mais néanmoins, tu dois m'expliquer

a-comment un fils d'une voleuse, d'après ta bible bien sûr, sera le préféré de Dieu !
b-comment un fils d'une criminelle, d'après vos bibles bien sûr,-car pousser quelqu'un à abandonné une personne en plein désert avec un petit pain et quelques gouttes d'eau c'est le condamné à une mort assurée,ce qui fait de toi un criminel !- sera-t-il le préféré de Dieu !

Catholique a écrit:

Cette décision peut  sembler dure mais Abraham fut confronté aux effets nocifs de la polygamie : la rivalité entre les enfants et le risque de conflits à propos de l’héritage. La jalousie d’Ismaël et son caractère emporté tel que l’Ange du Seigneur le décrit (Gn 16, 12) donnaient à craindre qu’il contestât la prééminence de son frère Isaac comme seul héritier légitime de son père. L’accomplissement des promesses de Dieu rendait nécessaire l’éloignement préalable d’Ismaël, en dépit de l’amour paternel.

Que de faussetés pour justifier les voleurs bibliques, d'après vos fausses bibles bien sûr !

Il y a un proverbe arabe qui dit : ils tuent le défunt, et ils sont les premiers dans les rangs de sa procession funéraire !





Dernière édition par Averroes le Ven 21 Avr - 10:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://causeries-islamo-chr.forumsmaroc.com
Averroes
Magistrat Inter-religieux
Magistrat Inter-religieux
avatar

Religion : Musulman
Sexe : Masculin Messages : 1544

MessageSujet: Re: Mohamed (SAWS) EST-IL LE DERNIER DES PROPHETES    Jeu 20 Avr - 12:54

Bonjour Catholique,

Je continue.


Catholique a écrit:
Averroes a écrit:
Bonsoir Catholique,


Là où vous ne n'y voyez que l'annonce de l'écartement définitif des fils d’Ismaël de la lignée prophétique, nous y voyons pour notre part nous les musulmans ou plus au moins moi, l'annonce de la future concurrence des fils d'Israel sur le leadership prophétique par les fils d’Ismaël !

Ma logique est loin de votre "sortie définitive de la lignée messianique" chère Catholique, n'est-ce pas ?



Bonjour Averroès,

Il n’y a pas de prophète issu d’Ismaël parce qu’il n’est pas le fils promis par Dieu, mais né d’une union naturelle : Dieu n’ayant pas explicitement désigné Sara comme mère de l’enfant qu’Il a promis, Abraham a cherché à hâter la réalisation de la promesse divine.


Il n’y a pas de prophète issu d’Ismaël parce qu’il n’avait pas les qualités spirituelles lui permettant d’accueillir l’esprit de la prophétie.
Les peuples issus de lui sont païens et férocement hostiles au peuple d’Israël.

Vous voulez dire par "fils naturel" qu’Ismaël est un bâtard n'est-ce pas ? Tu te retiens par gentillesse et pour ne pas nous heurter n'est-ce pas ? Que de délicatesse de ta part !

Ce qu'il y a de très intéressant avec les gredins bibliques, c'est qu'il veillent à ce que l'éducation de leurs enfants ne soit point biaisée par leur passion et afin qu'ils puissent manigancer-ils ne font que manigancer, toute leurs histoire n'est que manigance, en connaissance de cause, pour cela ils estiment nécessaire de leur dire LA VRAIE VÉRITÉ sur Ismaêl ; ce n'est pas comme certain crétins goys, toujours entrain de mentir même à leurs enfants, résultat : quand ceux-ci grandissent, ils n'arrivent plus à comprendre ce qu'ils leur arrive comme actuellement ! On peut compter cela comme qualité positive à ces gredins bibliques !

Revenons à nos goys crétins, et écoutons avec eux notre rabin qui va nous dire la vraie vérité sur Ismael



4000 ans de mensonges détruits en une seule seconde !

4000 ans de production chrétienne calomnieuse à l'encontre d'un élu de Dieu à cause de leur ignorance  et de leur racisme !
pfffff!

Catholique a écrit:

Mais Abraham intercède pour son fils Ismaël. Par amour d’Abraham, Dieu bénit Ismaël, avec  des bénédictions terrestres de fécondité pour les peuples qui naîtront de lui. En revanche, il est écarté des promesses de bénédictions divines dont la prophétie fait partie.

Oui, Dieu a donné une sucette à ISMAËL comme compensation ! Quelle bêtise et lourdeur d'esprit !



Dernière édition par Averroes le Ven 21 Avr - 11:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://causeries-islamo-chr.forumsmaroc.com
Catholique
Membre
avatar

Religion : Catholicisme
Sexe : Féminin Messages : 287

MessageSujet: Réponse sur l'ensemble   Jeu 20 Avr - 17:24

Bonjour Averroès,

Qu’est-ce qui te permet de dire que Melchisédék était sacrificateur ? Si tu t’appuies sur la Bible Segond : c’est une mauvaise traduction du mot grec « hiereus » (ἱερεὺς). Je te conseille vivement de préférer les traductions catholiques plus rigoureuses et plus fidèles au texte biblique. On ne peut se fier à la traduction de Louis Segond qui contient des erreurs de traduction et d’interprétation : elle est de qualité très inégale, le meilleur y côtoie le pire.

Tu peux te référer à l’excellente Bible de Maredsous (c’est celle que je cite dans mes messages) :

http://www.knowhowsphere.net/Main.aspx?BASEID=marp

Sur les personnages comme figures du Christ


Le mot incarnation désigne une intervention précise de Dieu dans l’histoire humaine : Jésus-Christ a pris chair de la Vierge Marie et s’est fait homme. Toutefois, c’est bien une idée proche quand je parle de figure ou de préfiguration du Christ.
Certains personnages sont des figures ou préfigurent le Christ parce qu’ils présentent des caractéristiques qui seront pleinement réalisées par le Christ.

Isaac est une figure du Christ en raison de la sanctification dont il fait l’objet et dans un autre domaine, par sa longanimité face aux tribulations que lui font subir les Cananéens. Il annonce le Christ par sa sainteté personnelle et sa patience dans les épreuves.

Melchisédek préfigure le Christ par son sacerdoce unique et différent du sacerdoce tel que le judaïsme le connaîtra (le sacerdoce aaronique) et son offrande de pain et de vin, qui sera pleinement réalisée par l’eucharistie.


A quoi sert d’éprouver les esprits : à distinguer le vrai du faux. Pourquoi Saint Jean dans son épître invite-t-il les chrétiens à être vigilants ? Parce que « beaucoup de faux prophètes se sont montrés dans le monde ». Il s’agit de personnes qui ont porté atteinte à la foi chrétienne, de différentes manières. Cérinthe fut l’un d’entre eux, de même que Marcion, Nestorius, Arius. On retrouve toujours chez eux les mêmes erreurs :

- Négation de la réalité de l’humanité du Christ (docétisme),
- Négation de la réalité de la divinité du Christ (adoptianisme, arianisme).
- Rejeté des écrits bibliques qui ne confirmaient pas leur idées folles.


Sur Nombres 31, quand je parle des patriarches, nous ne sommes pas loin du sujet. A travers la vie des 3 patriarches, Abraham, Isaac et Jacob, c’est toute l’histoire du peuple d’Israël qui est contenue en germe. Ce que les patriarches ont fait ou vécu au seul niveau de leur famille, le peuple d’Israël l’a fait ou vécu en tant que peuple.

Abraham, Isaac et Jacob ont cherché à se tenir le plus loin possible de toute forme d’idolâtrie. Ils ont pris des décisions qui étaient à leur portée comme le choix d’une épouse et la destruction des idoles domestiques qui étaient une pratique courante mais aussi parfois, quitter un lieu devenu hostile pour aller s’établir en paix dans un endroit plus accueillant. Le peuple d’Israël a été confronté aux mêmes situations mais à un autre niveau : les relations difficiles de voisinage sont devenues des guerres.

On est à bon droit épouvanté par certaines pages de l’Ancien Testament (essentiellement celles qui concernent la conquête du pays de Canaan) par l’anéantissement impitoyable des peuples qui ont précédé les Israëlites. Mais il s’agissait aussi des règles de la guerre de l’époque : les peuples vaincus étaient passés au fil de l’épée car la guerre était considérée comme une forme de pratique sacrificielle. Cette page du livre des Nombres est en quelque sorte la rencontre des lois de la guerre et des lois de purification religieuse. C’est la notion du « herem » que l’on traduit par le mot d'origine grecque par « anathème ». Voués à la divinité, les vaincus sont destinés à une destruction totale.

Voici un extrait d’un texte intitulé « Le monothéisme chrétien contre la violence », de la Commission théologique internationale qui éclaire cette question :

« 26. Les Saintes Écritures contiennent indubitablement des pages qui demeurent, pour nous aussi les croyants, très impressionnantes et très difficiles à déchiffrer. Quelques exemples : Dieu punit le genre humain par le déluge (Gn 6-7), et il détruit par le feu Sodome et Gomorre (Gn 19). Dieu inflige une série de punitions sévères à l’Égypte, lesquelles culminent avec la mort de ses fils premiers-nés et l’anéantissement de ses guerriers (Ex 7-13). Dans la période de la conquête de la Terre promise, nous entendons à plusieurs reprises résonner l’ordre d’extermination (anathéma) qui porte sur des armées et des cités entières (cf. Jos 6, 21; 8, 22-25; 1 S 15, 3). Les formes de violence sacrificielle, dans le contexte de la guerre de conquête, apparaissent aussi comme des gages adressés à Dieu en vue de son soutien pour la victoire (Nb 21, 1-13). L’extermination qui suit la victoire et la conquête est certainement une pratique sacrificielle mise en oeuvre, sans différence, par d’autres peuples. Comme aussi les sacrifices humains propitiatoires, qui sont présents dans l’histoire même de l’antique Israël (Lv 20, 2-5 ; 2 R 16, 3 ; 21,6). Témoin en particulier le fait que, dans l’ultime période prophétique, ces pratiques, que la relecture deutéronomique elle-même dénonce comme typiques de Canaan (Dt 13, 31), sont durement condamnées (Mi 6, 6-8; Jr 19, 4-6).
27. Les formes de la violence qui impliquent Dieu, directement ou indirectement, dans les textes bibliques, constituent un thème complexe qui fait l’objet d’une analyse attentive, déjà sur le plan historico-littéraire. La réécriture théologique des événements, qui vise à accentuer la présence et le jugement de Dieu dans l’histoire, emploie des formes de reconfiguration narrative plus libres que les nôtres pour raconter la révélation de la volonté divine dans les signes de l’histoire et dans les projets du peuple. En d’autres cas, les stéréotypes de l’“épreuve”, de la “colère”, ou du “jugement” de Dieu sur la foi de l’homme amplifient l’appel à la conversion et à la fidélité. Pour le déchiffrement théologique global du thème de la violence sacrée dans les pages scripturaires, la réflexion des théologiens convoque traditionnellement deux critères. D’un côté, la tradition théologique souligne le caractère pédagogique de la révélation historique, qui doit s’ouvrir un chemin dans un contexte de réception imprégné de rudesse tribale, bien différent de celui qui façonne aujourd’hui notre sensibilité. D’un autre côté, elle met en relief l’historicité de l’élaboration de la foi attestée dans les textes bibliques, en signalant l’évidence d’une dynamique évolutive des modes selon lesquels la violence est représentée et jugée, sous la perspective de son dépassement progressif, du point de vue de la foi au Dieu de la création et de l’alliance du salut. Ces lignes de clarification forment certainement, en termes généraux, le cadre d’un discours de vérité. »


Au sujet d’Esaü et de son mariage avec Mahéleeth, petite-fille d’Ismaël : j’ai vérifié dans mes sources et tu as raison, je le reconnais volontiers. Le mariage d’Esaü avec Mahéleeth est une manière pour Esaü de faire amende honorable, ce qui est un mérite à porter à son crédit.

Sur Ismaël,
je vais à mon tour clarifier certaines choses.

Ce n’est pas parce qu’Ismaël est écarté de la lignée messianique et de la prophétie qu’il faut le déconsidérer. Au contraire, la Genèse lui reconnaît les mérites que tu cites toi-même : l’acceptation de la circoncision, la bénédiction que Dieu lui accorde (et pourquoi Dieu ne le bénirait-il pas ?) et le fait d’avoir pendant 15 ans bénéficié des soins et de l’éducation de son père Abraham, notamment religieuse.

Quant au mot « bâtard », il  désigne une situation halakhique qui est inapplicable dans le cas d’Ismaël. J’ai vu la video du rabbin et je trouve son analyse intéressante. Toutefois, s’il dit qu’Ismaël a  un grand rôle à jouer, il ne précise pas lequel : c’est un point à vérifier.
Enfin, ne t’y trompe pas : quand le rabbin parle en des termes favorables d’Ismaël, c’est surtout pour mettre en avant le rôle prophétique de Sara dans la conception de celui-ci. Avec la finesse qui caractérise les rabbins, c’est bien la mère d’Isaac, la « vedette » de son raisonnement.

Maintenant, revenons sur les points que tu avances :

Genèse 21, 8-9 : pourquoi je dis que le rire d’Ismaël est méprisant et moqueur.

Le mot hébreu est « métsahéq » qui signifie « ridiculiser ». En grec, le mot « métsaheq » a été traduit par « paizonta » qui signifie : faire l’enfant, se jouer de, se moquer de. Enfin, en latin le mot employé est « ludentem » qui signifie « tourner en ridicule, se moquer de ».
Ce dont le texte parle n’est pas le jeu innocent d’un grand frère avec son petit frère, c’est une forme d’abus de pouvoir. Ismaël ridiculise son petit frère en se prévalant de sa primogéniture. Or, dans la Bible, le « droit d’aînesse » n’est pas tant un droit dont on se prévaut qu’un ensemble de devoirs et d’obligations en particulier religieuses auquel on se soumet.

L’aîné véritable n’est pas le premier-né mais celui qui est digne d’occuper cette fonction, par ses qualités personnelles ; c’est pourquoi Ismaël puis Esaü en ont été écartés : bien que tous deux premier-né, ils n’étaient pas à la hauteur de la tâche. Ismaël, par son arrogance et son caractère emporté, s’est trompé sur la position réelle qu’il occupait dans la famille d’Abraham ; Esaü par son inconséquence qui lui a fait mépriser et perdre son droit d’aînesse.

A l’appui des droits à l’héritage d’Ismaël, tu cites Deutéronome 21 : c’est un anachronisme. La Torah dont le Deutéronome fait partie, a été donnée par Dieu à  Moïse plusieurs siècles après les évènements qui nous occupent : les règles de dévolution de l’héritage étaient différentes et Abraham avait le droit d’écarter l’un de ses fils de la transmission de son patrimoine (qu’Isaac sera seul à entretenir).

Concernant la dévolution du nom d’Isaac avant la naissance et par révélation

Gn 17, 15- 19 :

Dieu dit à Abraham : « Tu n’appelleras plus ta femme, Saraï [ma princesse], mais SARA [princesse]. Je la bénirai et je te donnerai d’elle un fils. Je la bénirai, elle sera la mère de nations et des rois sortiront d’elle. » Abraham tomba la face contre terre, il se prit à rire en disant : « Est-ce qu’un enfant peut naître à un homme de 100 ans ? Est-ce que Sara, qui a 90 ans, peut encore enfanter ? » Puis il dit à Dieu : « Puisse Ismaël vivre devant ta face ! » Mais Dieu répondit : « Non, c’est Sara, ta femme,  qui te donnera un fils, tu le nommeras Isaac. Je ferai alliance avec lui, alliance qui sera perpétuelle pour sa postérité après lui »

Comme tu peux le lire toi-même, c’est bien Dieu qui nomme Isaac et Abraham, en serviteur fidèle et obéissant, donne à son fils, le nom que Dieu lui a choisi. L'alliance est avec Isaac et sa postérité.

Dieu confirme que c’est par le seul Isaac qu’il va accomplir sa promesse et façonner un peuple témoin à qui Il confiera sa parole, par les prophètes et la connaissance qu’Il va donner de Lui-même, c’est-à-dire la Révélation.

Enfin, si Dieu bénit Ismaël à la demande d’Abraham, sa bénédiction est d’ordre purement temporel : Ismaël sera le père de nations prospères mais, contrairement à Isaac, il ne sera pas une source de bénédictions pour toutes les familles de la terre. La prophétie ne lui a donc pas été donnée.

Concernant l’Alliance :

Genèse 15, 9-21 :

«Prends une génisse de trois ans, une chèvre de trois ans, un bélier de trois ans, une tourterelle et un jeune pigeon.» Abram alla chercher tous ces animaux, il les partagea par le milieu et mit chaque moitié en face de l'autre; mais il ne coupa point les oiseaux. Les rapaces s'abattirent sur les cadavres, mais Abram les chassa.
Vers le coucher du soleil, une torpeur s'empara de lui et en même temps l'épouvante (une épaisse ténèbre) fondit sur lui. Le Seigneur lui dit: «Sache que tes descendants habiteront comme des étrangers dans un pays qui n'est pas le leur, qu'ils y seront asservis et opprimés durant 400 ans. Mais je jugerai aussi la nation à laquelle ils auront été asservis, et ils en sortiront alors, chargés de grandes richesses. Toi, tu iras en paix rejoindre tes pères, tu seras mis en terre au terme d'une heureuse vieillesse. C'est seulement à la quatrième génération que tes descendants reviendront ici, car l'iniquité des Amorrites n'est pas encore à son comble.»  Quand le soleil fut couché et que l'obscurité fut totale, voici qu'un brasier fumant et une torche enflammée passèrent entre les viandes partagées.
Ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram: «Je donne, dit-il, à tes descendants, ce pays, depuis le torrent d'Égypte jusqu'au grand Fleuve, l'Euphrate: le pays des Quénites, des Qénizites, des Cadmonéens, des Hittites, des Phérézéens, des Rephaïm, des Amorrites, des Cananéens, des Gergéséens et des Jébuséens.»


L’Alliance est conclue entre Dieu et Abram par le rite décrit en Gn 15, 9-21, dans lequel Dieu va également révéler à Abram le destin du peuple qui sortira de lui : le séjour de ses descendants en Egypte durant quatre cents ans, sa servitude et son retour à la quatrième génération, quand les Amorrhéens auront mis le comble à leurs iniquités.

Toute cette histoire dépend d’Isaac puisqu’elle concerne ses descendants directs et pas d'Ismaël.

Cette vision symbolique était le signe de l'alliance conclue entre Dieu et Abram, et la garantie extérieure de la donation de tout le pays de Canaan.

C’est pourquoi dans la Bible, Dieu se présente souvent comme le « Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob » mais pas le Dieu d’Ismaël (bien qu’il fut le Seigneur d’Ismaël comme Il est le mien et le tien).

Toutefois, Ismaël fait un retour dans l’histoire : l’Evangile est pour ses fils !

Actes 2, 1-11

Le jour de la Pentecôte étant arrivé, ils se trouvaient tous réunis. Soudain retentit du ciel un fracas semblable à celui d'une bourrasque de vent et ce bruit remplit toute la maison où ils étaient assis. Alors ils virent paraître comme des langues de feu qui, se partageant, vinrent se poser sur chacun d'eux. Ils furent tous remplis du Saint-Esprit, et se mirent à parler des langues étrangères selon que l'Esprit leur donnait de s'exprimer.
Or, en ce moment, séjournaient à Jérusalem des Juifs et des hommes pieux, originaires de toutes les nations qui sont sous le ciel. À ce bruit, ils accoururent en foule, tout interdits de ce que chacun entendait parler sa propre langue. Hors d'eux-mêmes, ils manifestaient leur stupéfaction: «Hé quoi! tous ces gens qui parlent, ne sont-ils pas Galiléens? Comment se fait-il alors que nous les entendions parler chacun notre langue maternelle? Parthes, Mèdes, Élamites, gens de Mésopotamie, de Judée, de Cappadoce, du Pont et d'Asie, de Phrygie et de Pamphylie, d'Égypte et des provinces de Libye voisine de Cyrène, pèlerins de Rome, Juifs ou prosélytes, Crétois et Arabes, nous les entendons proclamer dans nos langues les merveilles de Dieu!»


La bénédiction de Dieu n'est jamais "une sucette", c'est une abondance de bienfaits.

Deo gratias !

Catholique


Dernière édition par Catholique le Jeu 20 Avr - 19:03, édité 1 fois (Raison : taille police)
Revenir en haut Aller en bas
Catholique
Membre
avatar

Religion : Catholicisme
Sexe : Féminin Messages : 287

MessageSujet: Prêtre ou sacrificateur ?   Jeu 20 Avr - 18:19

Cher Averroès,

Je fais une petite digression sur un point que j'ai effleuré dans mon message précédent et je te remercie au passage d'avoir attiré mon attention sur des pratiques de traduction proprement scandaleuses.

Louis Segond était un pasteur protestant qui a réalisé sa traduction en 3 ans. C'est trop court pour un travail de qualité égale et les éditions ultérieures ont achevé de pourrir littéralement une traduction déjà bancale.

Je ne pratique plus cette traduction depuis longtemps au profit de traductions qui ont demandé des années de travail et dont j'apprécie la qualité de la langue.

Le mot « hiereus » (ἱερεὺς) en grec se traduit par "prêtre" (j'ai encore vérifié dans mon dico). Dans l'Ancien Testament, il remplace le mot hébreu "cohen". Mais Louis Segond a fait un choix différent : il a traduit « hiereus » (ἱερεὺς) par "sacrificateur". De sorte que le mot "prêtre" disparaît quasi-intégralement du vocabulaire de l'Ancien Testament....quasiment...

Louis Segond a réservé la traduction "prêtre" du mot « hiereus » (ἱερεὺς) aux prêtres des cultes païens. Dans "sa" Bible, les seuls "prêtres" sont des idolâtres. En revanche, Aaron est "grand sacrificateur", Melchisédék est "sacrificateur".

Vous vous doutez bien que la prêtrise catholique tire une partie de son origine dans le sacerdoce d'Aaron...Mais Louis Segond n'a pas hésité à faire disparaître littéralement cette institution du monothéisme révélé pour le réserver au paganisme. De là à dire que la prêtrise catholique est une pratique païenne, il y a un pas que les protestants ont allègrement franchi.

Deo gratias !

Catholique
Revenir en haut Aller en bas
Catholique
Membre
avatar

Religion : Catholicisme
Sexe : Féminin Messages : 287

MessageSujet: Ismaël dans le judaïsme   Ven 21 Avr - 17:04


Bonjour Averroès,

Voici la totalité de la conférence du rav Brand sur Ismaël :

Vidéo supprimée par Averroes


Je précise que c'est l'interprétation classique dans le judaïsme mais que nous, chrétiens faisons une lecture un peu différente.

Ses propos ne sont donc pas les miens.


Catholique

Revenir en haut Aller en bas
Averroes
Magistrat Inter-religieux
Magistrat Inter-religieux
avatar

Religion : Musulman
Sexe : Masculin Messages : 1544

MessageSujet: Re: Mohamed (SAWS) EST-IL LE DERNIER DES PROPHETES    Ven 21 Avr - 19:04


Bonsoir Catholique,

Catholique a écrit:

Bonjour Averroès,

Voici la totalité de la conférence du rav Brand sur Ismaël :

Vidéo supprimée par Averroes


Je précise que c'est l'interprétation classique dans le judaïsme mais que nous, chrétiens faisons une lecture un peu différente.

Ses propos ne sont donc pas les miens.


Catholique


Si je voulais poster l'ensemble de la vidéo je l'aurai fait, mais je m'en suis abstenu parce que je ne prête point du tout foi aux mensonges des juifs, je ne poste que ce qu'ils avouent malgré eux et que je trouve véridique et qui concordent avec nos vérités islamiques ou arabes, par exemple les statut véritables des personnages bibliques etc; le reste de sa magouille , ils peuvent la faire avaler à leur siens, il y a toujours la réalité qui tranchera entre nos dires et leurs mensonges, je vais t'en donner des exemples par la suite inch'Allah!

Quant à la lecture que vous faites vous de leurs écritures, je la connais parfaitement : vous ne vous gêner point du tout de les falsifier complètement à cause de votre racisme bien sûr, je te donne un petit exemple :

les juifs essaie toujours de suggérer qu’Ismaël est un "batârd", ils n'oseront jamais écrire "Ismael est un batârd" mais tu les trouvera toujours très imprécis et très suggestif à aller vers ce sens là sans que jamais eux par contre te rassure dans ton interprétation ;

Vous les chrétiens par contre, vous ne vous êtes jamais gêner à affirmer qu'Ismael est un bâtard et même plus pire que cela, vous l'affubler de tous les travers possibles parce que vous voulez vous donnez toutes les bonnes raisons pour éliminer ses descendants et leur voler leur biens en toute bonne conscience, tout cela va être développer par la suite si l'occasion se présente !

Revenir en haut Aller en bas
http://causeries-islamo-chr.forumsmaroc.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mohamed (SAWS) EST-IL LE DERNIER DES PROPHETES    

Revenir en haut Aller en bas
 
Mohamed (SAWS) EST-IL LE DERNIER DES PROPHETES
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Chrétienté-
Sauter vers: